10/07/2009

Petite et facile pour séduire les débutants


Avec un poids plume de 161 kg en ordre de marche et une ligne flatteuse, la Honda VTR 250 compte bien séduire les femmes et les débutants. « ç a fait un peu cliché, mais cette clientèle est effectivement plus sensible à ces critères qu’aux dernières avancées technologiques», confirme Thierry Gebhardt, concessionnaire Honda à Echallens et à Yverdon.

Cette nouveauté sur notre territoire n’en est pourtant pas une: la VTR 250 connaît depuis douze ans un joli succès au Japon, où son petit gabarit lui permet de se faufiler dans les jungles urbaines. L’évolution des mentalités a incité l’importateur suisse à proposer dans son catalogue cette version 2009. Désormais équipée de l’injection électronique, cette petite cylindrée ne consomme en effet que 3,2 litres aux 100 km (chiffre mesuré en utilisation mixte ville – campagne – autoroute lors de notre essai).

Atout ou handicap selon les avis, la VTR reprend l’aspect général de la légendaire Ducati Monster. Si la forme de son réservoir et son cadre en treillis copient sans complexe la belle italienne, la nippone est beaucoup plus étroite que sa source d’inspiration. Ses jantes en alu à cinq branches lui offrent également une petite touche de modernité.

Assez pour l’autoroute

Développant 22 kW (30 CV), le petit bicylindre de 250 cm3peut donc se conduire dès 18 ans, pour autant que l’on soit détenteur d’un permis A limité. Souple et docile, à l’image de la partie-cycle, il délivre assez de puissance pour envisager d’emprunter l’autoroute. Le petit pare-brise, tiré du catalogue d’accessoires Honda dont était équipé notre modèle d’essai, prend alors toute sa justification.

Mais le vrai terrain de jeu de la VTR est constitué des rues et des artères urbaines. La position droite avec les bras semi-tendus facilite le contrôle de la moto, tout en permettant de dominer la circulation automobile. La faible hauteur de selle (775 mm) et le rayon de braquage très serré autorisent des demi-tours sans efforts et des parcages sans appréhensions.

A relever que pour quasiment la même somme, deux autres constructeurs japonais proposent des motos dans cette catégorie: la Yamaha YBR 250 mue par un monocylindre et la Kawasaki Ninja 250R dotée d’un carénage, qui lui offre un aspect plus sportif

SYLVAIN MULLER

15:36 Publié dans Tests | Tags : honda | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.