16/02/2010

Une supermotard pour (petits) débutants chez Kawa

D-Tracker 125 10MY Location Action Black 6.jpgElle s'appelle D-Tracker et tire son nom d'une variante plus puissante disponible au Japon depuis plusieurs années. Le constructeur nippon Kawasaki revient en Suisse sur le marché des 125 centimètres cubes avec une supermotard à prix raisonnable.

Le D-Tracker n'est pas très puissant - il atteint un maximum de 11 chevaux - mais il possède un bon couple immédiatement disponible. Quand vous tournez la poignée des gaz, le moteur tracte bien dès 3000 à 4000 tours par minute. Après, l'allonge n'est pas son fort. L'autoroute n'est à envisager que sur un contournement de ville, et on y arrive à grand peine à 100 km/h.

Cet engin basique possède un moteur basique, refroidi par air, qui consomme très peu d'essence et demande peu d'entretien. La moto ne coûte que 5190 francs (la rivale Suzuki descend jusqu'à 4860 francs). Elle se déplace sur de petites roues (c'est le moins qu'on puisse dire), de 14 pouces. Elle est aussi très légère: 114 kilos avec les pleins! Et c'est l'une des plus basses de sa catégorie, avec une selle "haute" de 806 mm.


Comme elle est très fine entre les jambes, il est quasi impossible de ne pas poser les deux pieds à plat sur le sol. Cette moto n'est pas faite pour les grands. Mais, à part sa taille réduite, il faut reconnaître qu'elle a une certaine gueule, surtout dans sa couleur noire. On se surprend vite à faire le kakou à son guidon. Et ce en presque impunité au vu des prestations modestes de l'engin. Les commandes sont bien conçues et permettent une maniabilité parfaite. On peut faire demi-tour dans un carré de mouchoir de poche.

Les supensions sont correctes. L'amortisseur arrière est peut-être un peu raide mais offre un bon ressenti de la route. La puissance de freinage est plus que suffisante pour un tel engin. On peut juste déplorer que le feeling au levier soit mollachu. On n'a pas l'impression de freiner, même si on le fait de manière très efficace.

Le confort de la selle est cependant réduit. Ca n'est pas très rembourré. La passagère, ou le passager, n'a guère qu'une lanière pour s'accrocher. Un bon point par contre pour la présence d'une trousse à outil substantielle, "collée" sur la selle à la façon Suzuki.

Dans les pays européens autres que la Suisse, il y a aussi une version enduro avec des pneux à crampons. Mais il doit être possible de modifier une D-Tracker de chez nous en trichant un peu. Cette petite moto ne va pas révolutionner sa catégorie, mais elle pourrait séduire quelques nouveaux utilisateurs attirés par la facilité et l'économie, et intéressés par son aspect frais.

18:05 Publié dans Tests | Tags : kawasaki, d-tracker, 125 | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.