25/08/2010

La Z redonne du muscle (beaucoup) à Kawasaki

MOTO_07_KAWASAKI_Z_1000.JPGC'est un peu entre le pitbull et le rhinocéros. Sans les cornes, bien sûr. Nouvelle année, nouvelle version pour la Z 1000. Une Kawasaki qui fait appel à l'instinct d'accélération de tou tmotard qui se respecte. La version originale (ou presque) avait déboulé en 2003. Enfin plutôt 2004, chez les concessionnaires. Elle a surpris pas mal de monde avec sa gueule très originale, son châssis pointu, son ergonomie bien pensée (sauf pour les vibrations) et son moteur qui ne demandait qu'à hurler (haut dans les tours, en bas c'était plutôt soft)... Z1000.jpg Mais dans l'ensemble c'était diablement réussi, qu'on aime ou pas ce style Manga très affirmé. Un premier galop d'essai pour le nouveau chef du design importé de chez Toyota, et à qui on on devra par la suite la Z 750 et l'ER-6n.

 

 

 

Malheureusement, chez Kawa, on a voulu la faire évoluer, en 2007. On s'est retrouvé avec une machine plus lourde, au moteur certes moins pointu, mais au châssis pas loin du lourdingue, aux suspensions pas super bien équilibrées... et à l'esthétique un peu globuleuse. D'ailleurs jugez par vous-même. Z10002007.jpg

Tout ça est désormais du passé, puisque la firme d'Akashi a livré pour 2010 une toute nouvelle Z de grosse cylindrée, avec un moteur neuf qui cube 1043 centimètres cubes (les Z précédentes étaient des "petites" 1000), en perdant la bagatelle de 10 kilos sur la balance, et en revenant à un look cohérent bien que radical.

 

 

Et ça donne la première des trois photos, prises sur la route vaudoise de la petite corniche entre Lutry et Grandvaux.


MOTO_03_KAWASAKI_Z_1000.JPGJuste un petit avertissement: les pots que vous voyez là ne sont pas d'origine, ce sont des Akrapovic plus léger et plus fins. Qui n'apportent pas grand chose en termes de performances. C'est surtout pour le look. Et Kawasaki Suisse a eu le bon goût d'épargner à l'essayeur la version avec selle en fausse peau de serpent (on vous la montrera quand on aura le temps, promis).

La Z 1000 2010 est une excellente bécane. faut que ça se sache. Y a pas que la gueule. Elle est compacte, presque facile à prendre en main malgré ses attributs de monstre. Guidon, selle (moëlleuse), repose-pieds, tout s'emboîte bien. Attention par contre au centre de gravité relativement haut qui peut surprendre lors du premier demi-tour. Et ne vous attendez pas à bénéficier du confort luxueux des suspensions Honda, comme sur la CB 1000 R. Mais la Z avale n'importe quel virage avec une belle dose d'enthousiasme, elle garde sa ligne, obéit au pied, au doigt et à l'oeil... sans oublier les genoux. Elle freine bien, également, et l'ABS est obligatoire en Suisse san supplément de prix. Les pinailleurs pourront régler les suspensions à l'avant comme à l'arrière.

Ce qui est jouissif, en plus, c'est le bruit de ce moteur, son couple et sa puissance. Il gronde, hurle, ronronne, au choix selon le régime et le maniement de la poignée. L'injection est précise, quoiqu'un peu rauque parfois. Ca n'a pas l'onctuosité d'une vraie moto pour débutant, c'est un peu plus sauvage. Et on peut faire facilement plus de 200 kilomètres avec son réservoir de 15 litres. Le tableau de bord est plutôt sympa, à dominante orange. L'essentiel y est. Sauf le rapport engagé. Mais vu le couple du moulin, ça n'est pas vraiment indispensable. Faut pas non plus rêver protection contre les éléments, c'est pas son truc. Et son dernier gros argument, c'est son prix: 16990 francs on the road!

Pour les curieux: la ligne d'échappement Akra coûte 1700 francs.

 

18:32 Publié dans Tests | Tags : kawasaki, z 1000, 2010, test, moto | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.