02/09/2010

Une Monster 800 pour les fans de pilotage

M796.JPG_700.jpg

En quittant ma routière pour enfourcher la nouvelle Ducati Monster 796, j'ai eu l'impression d'être Derrick sortant de sa Mercedes pour grimper dans un coaster de parc d'attraction! Puissance, vibrations, accélérations, c'est un autre monde. Papy retrouve la fougue de ses vingt ans. Vive la Monster!
Cette dernière née de la marque italienne est toutefois plus aisée à dompter que la 1100 de l'an dernier. J'ai en tout cas l'impression de mieux maîtriser ces 803 cm3. En apparence la 796  ressemble comme deux gouttes d'eau à la grande soeur. Formes identiques, mêmes couleurs, même équipement. De toute beauté, il faut le reconnaître, avec ses deux échappements sous la selle, son monobras arrière et sa forme de réservoir caractéristique. Les deux cylindres à l'équerre ronronnent de façon prometteuse. En ville pas besoin de passer la deuxième vitesse, puisque tu peux frôler les 90 km/h avant que le disrupteur ne réagisse. Très légère (170 kilos à sec), cette bécane développe dans les accélérations, elle donne presque l'impression de pouvoir s'envoler. Le freinage est aisé et sécurisant, bien entendu avec l'ABS - qu'on peut débrancher.
En campagne, l'effet «machine à accélérer» se confirme, on atteint assez rapidement des vitesses indécentes, susceptibles de vous fâcher pour longtemps avec un préfet de police. La position de conduite est bonne, la tenue dans les virages parfaite et la relance époustouflante. La belle transalpine n'aime pas les bas régimes (moins de 3500 tours/minutes) dans les grandes vitesses, elle renâcle et vibre avec intensité. La position de conduite est assez confortable, pas trop couchée, mais l'appui sur le guidon et les vibrations peuvent donner des fourmis dans les bras au bout de quelques dizaines de kilomètres de balade sportive. 
IMG_0011.jpgJe suis content de ne pas avoir de passager: la 796 ne semble pas prévue pour deux personnes: manque de place, absence de barre de tenue et des cale-pieds gadgets qui semblent sortis d'une panoplie de Playmobil. A l'arrêt, la chaleur de la bécane (est-ce le double échappement sous la selle?) remonte dans la combinaison: pas désagréable, à condition de ne pas être stoppé en plein soleil avec un harnachement de cosmonaute! J'ajoute, au chapitre grincheux, que je ne vois pas l'intérêt de poser un saute-vent miniature qui servirait à peine de casquette à un chihuahua et que l'absence d'un système d'accrochage pour le casque m'a fait défaut.
Mais dans l'ensemble le plaisir est indéniable. A peine la balade terminée, on a envie de repartir... Cette diablesse de 796 est addictive. La belle de Borgo Panigale se révèle parfaite sur des distances courtes et moyennes, moins pour les longs trajets, mais ce n'est pas ce qu'on demande aux urbaines de cette catégorie. De plus, son prix de vente est raisonnable (moins de 14000 francs). Je la recommande aux motards confirmés et pas aux débutants, en dépit de la publicité officielle de la marque: on ne peut pas braquer à fond, par exemple pour tourner sur une route étroite. Ce qui peut causer quelques soucis aux apprentis bikers. Bien du plaisir!
Patrick Chuard

14:35 Publié dans Tests | Tags : ducati, monster, 796, test | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.