12/04/2011

Une sportive pour tous les jours, signée Honda

HONDA_03_CBR_600.jpgDe loin, on pourrait la prendre pour une hypersport de la marque. Honda, donc. La CBR 600 F, très fourbement, reprend d'ailleurs une dénomination qui faisait référence chez ce constructeur à une sous-version de la 600 hypersport. Sous-version équipée d'une selle confortable et de petits plus pour la vie de tous les jours, du genre des "boutons" d'arrimage des sandows pour voyager loin avec un semblant de bagage. Aujourd'hui, la nouvelle CBR 600 F est née du constat suivant: il existe un groupe de motards et de motardes qui veulent concilier la sportivité et la praticité et qui n'ont pas besoin à tout prix des tous derniers développements en terme de performance pure et de look racing. Donc qui ne veulent pas acheter, disons, la CBR 600 RR présente dans la gamme Honda - ou son équivalent chez Suzuki, Yamaha, Kawsaki, Triumph, Ducati...

Fourbement, les ingénieurs ont donc pris comme point de départ le "frelon", soit la Hornet 600. Ca permet d'éviter de tout démarrer depuis rien et ça économise des coûts de développement non négligeables. Bon, attention, n'oublions tout de même pas que le moteur et la partie-cycle de la Hornet dérivent quand même, tout à la base, de la CBR 600 R. Si vous vous êtes perdus dans les R et el F, c'est normal. L'essentiel est ailleurs.

Il se trouve dans l'agilité remarquable dont fait preuve cette moto. Elle est plus lourde d'une dizaine de kilos qu'une vraie supersport. Mais ses masses sont placées de manière judicieuse. Du coup, on peut la balloter d'un virage à l'autre en toute sérénité. Et son freinage, combiné et doté de l'antiblocage, est excellent. Il ne faudrait peut-être pas lui imposer une manche de Moto GP. Mais pour vous et moi, c'est largement suffisant.

HONDA_02_CBR_600.jpgQuant au moteur, il est équivalent à celui de la Hornet 2010. Prêt à prendre des tours, beaucoup de tours, avec une poignée des gaz très réactive et un son rauque plus ou moins aigu pas désagréable. En balade, il est parfait. Avec à peine plus de 100 chevaux à disposition et un couple correct pour une 600, on peut se faire plaisir. Il faut juste ne pas hésiter à descendre un rappport à l'occasion. La boîte de vitesse et l'embrayage se font vite oublier, ce qui est bon signe.

Sur autoroute, c'est du tout bon aussi, sauf qu'on ne se rend pas toujours compte de la vitesse criminelle que l'on est en train d'atteindre. Par contre, on sent que l'aérodynamisme a été étudié. Malgré le petit pare-brise, on fend l'air en causant peu de turbulences, dès lors qu'on rentre un peu le casque. La selle est tout simplement confortable et suffisamment grande pour autoriser plein de mouvements. En ville, c'est bien aussi, à un détail près: dès qu'on passe la troisième vitesse, mais que l'on garde le moteur bas dans les tours, on perçoit des à coups dûs au frein moteur qui ne sont pas très cools. Il faut croire que les ingénieurs, encore eux, avaient décidé qu'on ne devait rouler dans la cité qu'en première ou en deuxième.

HONDA_06_CBR_600.jpgEncore quelques mots pour parler des suspensions, joliment construites et réglables, des rétroviseurs, corrects mais qu'il faut bien régler pour voir quelque chose, de la position de conduite, finalement assez relax et qu'on peut varier de plus à moins sportive, et du tableau de bord, complet mais pas superlisible lorsque le soleil darde ses reflets sur l'avant de la moto. Il y manque cependant un indicateur de rapport engagé (de vitese choisie, si vous préférez), qui serait utile au vu de la nature pointue du moteur.

Le réservoir de 17,5 litres permet une bonne autonomie, sans rien d'exceptionnel. Ca dépend de l'usage qu'on fait de l'accélérateur. Les repose-pied sont fins et offrent de quoi s'appuyer quand on augmente la cadence ou qu'on freine comme une brute.

Il est même possible d'emmener un passager. Mais là, même si la position est bonne et la selle aussi, la praticité a tout de même cédé le pas au look sur un détail. Pour éviter de déparer l'arrière de la bécane avec des poignées protubérantes, Honda a logé sous la selle (en fait, sous les flancs de carénage arrière) des espèces de cavités que l'on peut aggriper avec plus ou moins de sûreté dans sa prise. Les mêmes que sur les vraies sportives de la marque. Et qui ne sont pas très efficaces.

Et comme les coûts de développement ont été réduits au minimum, le prix est aussi abordable: 12890 francs avec ABS et freinage combiné. Ca, c'est bien.

 

18:43 Publié dans Tests | Tags : cbr 600 f, honda, test, sportive, hornet | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.