30/01/2012

BMW a retrouvé un atelier dans le canton de Vaud

chuardcrissier.jpgL'inauguration officielle aura lieu en mars. Mais officieusement, c'est déjà fait. Le canton de Vaud a retrouvé un concessionnaire BMW, après une vacance de près de deux ans liée au départ d'INter-Motos. En effet, Chuard Motos a terminé ses travaux au chemin de Saugy (photo), à Crissier, tout près du centre commercial Coop Lémancentre. Depuis environ une année, des containers étaient déjà là, avec un service de vente. Mais pour les services et réparations, il fallait aller à Genève, ou, lorsque c'était possible, laisser sa bécane à Crissier, charge au concessionnaire de l'acheminer à Genève sur une remorque à ciel ouvert. Vous l'avez d'ailleurs peut-être rencontrée sur l'autoroute Lausanne-Genève. La faute à des travaux de transformation de l'ancien bâtiment Colorine qui n'en finissaient plus.

Mais maintenant, à Crissier, l'atelier est aussi prêt à l'usage. Bon, il semblerait que tout le personnel ne soit pas encore là sur place. Donc, pour les heures d'ouverture "normales", faudra attendre quelques jours. Et garder le sourire.

22/01/2012

En, 2013, une V-Strom 1000, une GSR 1000 (officielle), et une Yamaha 3 cylindres

La saison 2012 n'a pas encore dévoilé son ruban de bitume que déjà certains se prennent à songer à l'année motocycliste 2013... en particulier, le site moto-station et le journal français Motorevue annoncent des nouveautés intéressantes venant du Japon. Chez Suzuki, on s'attend à une maxinaked dans la lignée de la GSR 750, c'est-à-dire une GSR 1000. Signalons au passage qu'un garagiste suisse l'a déjà réalisée, en série limitée uniquement disponible en Suisse, c'est la Suzuki Virus. Pour 2013, il yaurait donc une version officielle. Et dans la foulée, côté trail polyvalent, on devrait aussi avoir une V-Strom 1000 qui referait son apparition en reprenant les codes esthétiques de la nouvelle V-Strom 650. Enfin il n'est pas exclu de voir débarquer une GSX 1000, une routière en fait, comme l'a fait Kawasaki à partir de sa Z 1000.

Mais le plus intéressant est sans doute l'arrivée probable d'une Yamaha utilisant l'architecture moteur propre aux anglaises de chez Triumph, à savoir un trois-cylindres, qui figurerait dans la lignée des roadsters FZ. Une tentative pour donner plus de caractère au moteur, sans sacrifier sa souplesse ni son allonge. A suivre de très près.

17/01/2012

Les motos et scooters que vous êtes allés acheter à l'étranger

Vespa PX2.jpgLes statistiques sont une belle invention. Dans la présentation faite récemment aux médias par l'importateur helvétique de Yamaha, on découvre un certain nombre de données sur ce qu'on appelle les "importations parallèles" de deux-roues en Suisse en 2011. Comprenez, les modèles de scooter ou de moto que vous - les acheteurs du marché suisse - êtes allés vous procurer en France, Allemagne ou Italie, à prix d'ami, pour mieux les rapatrier en Suisse. Et en profitant du coup de la différence induite par le cours du change entre franc suisse et euro, d'une part, et par les marges diverses qu'ajoutent en Suisse les importateurs ou les constructeurs - mais pas les garagistes, en principe.

Certes, sur plus de 20000 deux roues immatriculés pour la première fois l'an dernier en Suisse, les quelque 1600 motos et 800 scooters ainsi importés ne sont qu'une goutte. Mais elle n'est pas anodine, car elle donne une indication assez fiable sur les modèles qui à priori sont trop chers en Suisse. Voyons cela.

Les scooters Vespa (photo) se retrouvent en tête de ces statistiques: 409 unités importées, suivies par Harley (216), puis par Kawasaki, Yamaha, Ducati, Triumph et BMW (pas plus de 160-170 importations). Vespa étant importé par Ofrag, il faut préciser que le groupe Piaggio vend déjà très cher à la base les engins de cette marque, et qu'en plus il impose à Ofrag de les acheter en euros... encaissant ainsi pour lui le différentiel dû au change. Quant à Harley, on sait qu'il y a un problème, sur lequel est d'ailleurs en train de se pencher la Commission suisse de la concurrence. A l'inverse, ceux qui sont les moins touchés sont Suzuki, Royal Enfield, Aprilia, Peugeot, et Sym. Il faut sans doute y ajouter kymco, bien que nous ne disposions d'aucune donnée sur cette marque.

Quant aux modèles, ce sont les Vespa LX 125 (121 importées, sur 1004 immatriculées l'an dernier), PCX 125 (95 unités importées, sur 644 immatriculées en tout en 2011) et GTS 300 (79 unités, sur 568 immatriculées) qui tiennent le haut du pavé.

Sans autre commentaire. 

La GS toujours en tête des ventes moto en Suisse

color_r1200gs_01_thumbnail.jpgLes chiffres sont tombés. Les deux premiers de classes des immatriculations de deux roues en Suisse l'an dernier sont le scooter Honda PCX 125, respectivement la moto BMW R 1200 GS (solide leader depuis plusieurs années, cf photo). Il s'est immatriculé 1152 PCX l'an dernier, contre 669 GS. En confondant les deux segments, voici le classement. Seuls sont notés les 15 premiers de chacune des deux catégories. En d'autres termes, à partir du SH 300, il n'y a plus de scooter dans cette liste.

Honda PCX 125 - 1152. Vespa LX 125 - 1004. Yamaha Aerox 50 - 997. Yamaha Vity 125 - 803. Yamaha YMAX 250 - 689. BMW R 1200 GS 669. Piaggio Fly 125 - 665. Vespa PX 125 644. Oxygen électrique (en service à La Poste) - 628. Vespa GTS 300 - 568. Harley-Davidson 48 - 549. Yamaha Cygnus X - 558. Peugeot Speedfight 50 - 554. Sym Mio 100 - 543. Yamaha FZ8 - 479. Yamaha XJ6 - 458. Honda SH 125 - 421. Piaggio Liberty 50 - 418. Honda SH 300 - 407. BMW R 1200 R - 363. Honda Hornet 320. Ducati Diavel 302. Ducati Multistrada 1200 - 300. Kawasaki Ninja 250 - 296. Honda CB 1000 R - 286. Triumph Tiger 800 - 279. Harley-Davidson Fat Bob - 268. Triumph Speed triple - 265. Honda CBR 125 R - 264. kawasaki Z 1000 - 262.

Etonnamment, aucune trace de la Street Triple, ni des motos sportives de plus de 125 cc. Ces chiffres proviennent d'une présentation faite le 12 janvier dernier par l'importateur suisse de Yamaha. Ils sont peut-être à nuancer. Affaire à suivre, donc.

 

16/01/2012

Prix suisse des nouveautés moto, bis

Encore des prix qui se précisent pour les nouveautés moto en Suisse, après les modèles Kawasaki

 

Chez Honda

034_HONDA_NC700X_SIDE_STAT.JPGNC 700 X (photo): 8570 francs - une aubaine, pas plus chère qu'une Kawasaki ER-6n (9390 francs). Copmter encore environ 1000 francs de plus pour le double embrayage semi-automatique. La NC 700 S, soit la version naked, s'arrache à 7970 francs

Crosstourer: 17590 francs - un prix assez compétitif, si l'on compare à la BMW R 1200 GS, à la Triumph Tiger Explorer 1200 et, un peu moins, à la Kawasaki Versys 1000 (15490 francs!)

Et Fireblade 2012=18990 francs - pas mal pour une sportive de ce calibre! La BMW S 1000 RR, bardée de toutes ses assistances électroniques, coûte 21900 francs, la Kawasaki ZX-10R, équipée de manière similaire à la BMW, est fixée à 20590 francs, la Yamaha R1 avec Traction Control, à 20460 francs (voir ci-dessous). Seule la Suzuki GSX-R 1000 2012, dépourvue elle aussi de toute assistance électronique, est moin schère, à 18800 francs.

Quant au superscooter-moto, l'Integra, il est vendu à 10320 francs - un bon prix si on le compare, par exemple, au TMAX 530 (ci-dessous).

Tiger Explorer with Accessories.jpgChez Triumph

Tiger Explorer 1200 (photo): 17990 francs, là aussi, prix bien placé par rapport à la BMW (18250 francs avec ABS et antipatinage, comme la Tiger, et aussi le contrôle électronique de la pression des pneus).

Speed Triple R: 19890 francs, ça a l'air coûteux, mais c'est une affaire si l'on prend en compte ne serait-ce que le prix des suspensions améliorées par rapport à la Speed Triple "normale"

 

 

 

Yamaha TMAX ABS m.y. 2012 (10).jpgEnfin chez Yamaha, on sait désormais que le nouveau TMAX 530 (photo) vaut 13980 francs, et la nouvelle R1 (avec Traction Control) 20460 francs - 21920 si on la veut dans sa livrée anniversaire des 50 ans de Yamaha en Moto GP.

 

 

 

 

 

 

Toujours rien en revanche pour les nouvelles Ducati (Streetfghter 848 et 1199 Panigale), sans même parler des maxiscooters BMW. Faudra patienter jusqu'à Swiss-Moto, du 16 au 19 février.

14/01/2012

La commission suisse de la concurrence enquête sur le haut prix des Harley en Suisse

Nouvelle resprise du site internet de 24heures, sous l'onglet Economie, et signée ATS/Newsnet. La Commission de la concurrence (COMCO) a engagé une enquête préalable contre l’importateur suisse du fabricant de motos Harley-Davidson. Il lui est reproché de ne pas avoir fait bénéficirt les clients de la marque américaine des taux de change avantageux, et d’avoir empêché des importations parallèles.

De nombreux consommateurs se sont plaints auprès de la COMCO que ces deux-roues légendaires étaient beaucoup trop chers en Suisse, a déclaré le directeur suppléant de la COMCO Patrik Ducrey récemment sur les ondes de la radio alémanique DRS. Les clients ont alors voulu directement passer commande à l’étranger, mais le fabricant leur à répondu qu’il n’avait pas le droit de livrer ces véhicules en Suisse.

Le profiteur serait en fait l’importateur, avec qui la COMCO cherche actuellement à rentrer en contact. Si les soupçons se confirment, la COMCO pourrait engager une enquête.

Harley Davidson Suisse n’a pas voulu prendre position puisqu’il s’agit d’une procédure en cours.

12/01/2012

Marché suisse de la moto en progression, scooters qui stagnent

2011 a somme toutes été une bonne année pour les fabriquants de motos et de scooters présents sur le marché suisse. Cela saute aux yeux quand on analyse les statistiques d'immatriculations entre janvier et décembre derniers. Le total de nouvelles immatriculations s'est établi à 45533 unités l'an passé, contre 41590 en 2012, soit une hausse de 9,48%. L'augmentation atteint même 16,23% si l'on ne considère que les motos (23088 immatriculations nouvelles en 2011).

Dans ce paysage plutôt réjouissant, Yamaha reste leader, devant Honda, Harley, Vespa et BMW. Ces cinq marques progressent de 8,6%, respectivement 15,98%, 20,71% et 39,15%. Dans l'ordre décroissant, on a ensuite: Piaggio, Kawasaki, Sym, Suzuki, Triumph, Aprilia (au coude-à-coude avec Ducati), et, un peu plus loin, Peugeot, Kymco et KTM. Sur le terrain exclusif des motos, c'est Harley qui prend la tête, avec cette fois-ci Yamaha en numéro deux, BMW en troisième position, Honda quatrième et Kawasaki cinquième.

Les seuls à reculer sont Piaggio (moins 25,36%!), Suzuki (moins 17,12%), Kymco (-15,43%) et, dans une moindre mesure, Peugeot (-5,8%) et Sym (-2,73%).

Les listes par modèles ne sont pas encore disponibles. Mais on voit assez rapidement que les marques qui ont une image forte et cohérente et/ou qui n'ont pas peu d'innover s'en tirent mieux que les autres, et ce malgré des prix parfois élevés. C'est le cas de Harley, BMW et Vespa, bien sûr, mais aussi de Ducati ou KTM.

Aprilia a bien remonté la pente, grâce à des produits à fort contenu technologique et dégageant pour certains une aura de performance à prix raisonnable. Kawasaki a continué à jouer la carte de l'originalité, du style affirmé et de prix placés, Yamaha a joué sur son image de constructeur complet, proposant un style adapté au marché européen, et de marque "top", mais avec des prix en conséquence, explicables en partie par les problèmes de taux de change avec le yen. Honda a pour sa part fait un bond en avant l'an dernier, en jouant aussi bien la carte des prix contenus que celle des nouveautés, mais avec des résultats contrastés par modèles. Autrement dit, le PCX a fait un carton, alors que la VFR 1200 a eu beaucoup de peine à décoller. Enfin Triumph continue à faire fort, les nouveautés trouvant régulièrement leur public, avec là aussi une image de marque forte et des prix raisonnables. Cela dit, les marques non japonaises bénéficient depuis quelques années d'un dynamisme efficace et ne cessent d'étendre leur rayon d'action.

Les choses sont plus compliquées pour ceux qui misent surtout sur le rapport qualité-prix, sans vouloir ou pouvoir s'affirmer de manière originale. Kymco, malgré ses excellents produits, en est l'illustration malheureuse. Et l'importateur de Suzuki, en dépit de deux nouveautés arrivées un peu tardivement, paie probablement les problèmes de taux de change et de manque d'investissement promotionnel en Suisse.

Le segment des