06/04/2012

Testé le premier antipatinage pour scooter sur les bandes blanches lausannoises

dynam1.JPGMine de rien, c'est une première mondiale! Piaggio a introduit sur un de ses modèles de scooters un dispositif jusqu'ici réservé aux motos, et plutôt à de grosses motos (sportives, maxi-trails, tourers). Le nouveau Beverly 350 peut en effet être équipé d'un antipatinage. Il l'est même de série en Suisse. Des capteurs, les mêmes que ceux qui déclenchent l'ABS sur ce modèle, détectent des différences de vitesse trop importantes entre la rue avant et la roue arrière. Quand cela se produit, l'électronique coupe les gaz, littéralement, ce qui relâche la pression et élimine le patinage de la roue motrice, à l'arrière. Il n'y a pas de capteurs monitorant l'angle d'inclinaison, mais selon les techniciens Piaggio, la réponse est différente dès que l'on penche le scooter plus qu'un certain seuil. Parfait. Il n'y a plus qu'à essayer. Quelques centaines de kilomètres plus tard, sur des routes malheureusement sèches (eh oui), on se rend compte que l'ASR (c'est le petit nom de l'antipatinage made in Piaggio) n'entre en action qu'en ville lorsque l'on roule sur un rail (littéralement) glissant, ou que l'on démarre en trombe au feu avec le pneu arrière sur une bande blanche bien détériorée. L'ASR coupe effectivement les gaz, mais durant très peu de temps, juste de quoi retrouver la traction. Et un témoin lumineux le signale clairement sur le tableau de bord. On suppose que c'est tout aussi efficace quand il pleut. Et ce qui est bien, c'est que c'est déconnectable.

Par ailleurs, ce nouveau Beverly a plein d'autres arguments. Son moteur est puissant (32 chevaux) pour un 350, et son poids est très raisonnable, pour un 350 (191 kilos à vide). Autrement dit, la puissance d'un 400 pour les dimensions et le poids d'un 250. En langage automobile, on appelerait ça du downsizing, et là aussi, c'est un peu une première dans le monde des deux roues.


static34.jpgCe nouvel opus de la famille Beverly a fière allure. Et la finition a franchi un stade supplémentaire. Le pot d'échappement ovoïde noir est pas mal, et les jantes à bâtons en étoile (spécifiques à ce modèle) également. Pour le reste, il conserve la bonne agilité et surtout la grande stabilité de ses frères plus petits. Le mérite en revient principalement aux roues (16 pouces à l'avant, 14 à l'arrière) et aux pneumatiques, qui offrent une bonen adhérence. les suspensions sont correctes et confortables. Les combinés arrières sont par ailleurs réglables sur quatre degrés de précharge. C'est pratique quand on voyage à deux avec bagages. mais il faut aller chercher la clé idoine dans la trousse à outil, par ailleurs accessible dans le coffre sous la selle. En ville, on se faufile partout, et le brio du moteur aide à se jouer des embouteillages. On note que le frein moteur est très présent - pas d'effet roue libre notable en dessous d'un certain régime. Il faut savoir que l'embrayage, comme sur un Yamaha TMAX, est confié à une série de disques en bain d'huile. Les passages de rapports du variateur sont donc souples, progressifs et toujours en phase avec la manière de rouler. Un bon point. Le scootériste moyen devra juste s'habituer à tenir copmte de ce fein moteur omniprésent. C'est particulièrement vrai sur voie rapide, autoroute ou route cantonale. Il faut régulièrement exercer un contrôle par le biais de la poignée des gaz, ce qui peut fatiguer à la longue. Comme la protection fournie par le pare-brise et le tablier est moyenne. Ce n'est bien sûr pas un GT. Mais la vitesse de pointe, proche de 150 km/h, est loin d'être ridicule, et il n'y a aucun ondoiement quand on avance avec beaucoup d'allant, disons à 120-130 km/h. Toujours cette stabilité exemplaire.

Quant au freinage, il est puissant, mais il faut bien tirer le levier, ou les leviers, pour obtenir quelque chose de sérieux. On voit que le choix de base est celui de la facilité plutôt que de la précision. Rien de plus normal pour ce genre de véhicule. Et l'ABS n'est pas trop intrusif, tout en restant efficace.coffre.jpg

 Les capacité de rangement? il y a de quoi caser un intégral et un petit jet sous la selle. Ce coffre-là est de plus éclairé. La selle s'ouvre facilement. Certains regretteront peut-être l'absence d'un vérin. Mais ce serait chipoter. Encore une fois, il ne s'agit pas d'un GT! Un grande boîte à gant, avec serrure et prise 12 V, est accessible derrière le tablier. Elle n'est pas très profonde, mais bien pensée.

La selle est très confortable, tant pour le ou la pilote que pour la personne qui se met derrière. Les deux poignées de maintien passager sont quant à elles au bon endroit. Attention toutefois, le pilote de moins d'un mètre 70, ou du moins celui qui a des jambes courtes, pourra éprouver quelque gêne à l'arrêt, car la pointe avant de la selle est assez large. Par contre, il y a toute la place qu'on désire pour poser les pieds en roulant, même si on ne peut pas les étendre en avant.

passager2main.JPG Et les repose-pieds pour passager sont bien conçus (photo). Repliés, il s'intègrent parfaitement dans la ligne du véhicule.

Je signale au passage l'extrême facilité de béquillage (béquille centrale) de ce Beverly. Une pichenette du pied suffit. Merci Piaggio d'avoir pensé aux paresseux.

Encore un mot sur le tableau de bord. Il est joli, avec trois cadrans cerclés pour la jauge d'essence, pour la vitesse et pour la tension de la batterie. Une fenêtre digitale ajoute l'heure, le totalisateur kilométrique, deux trips partiels et la température extérieure. C'est suffisant et bien lisible. Piaggio annonce 3,3 l/100 km, et le réservoir d'essence atteint 15 litres. 330 km, donc? oui, mais ça dépend bien sûr de votre usage. Deux trajets à fond les manettes sur autoroute ont pompé 4,75 litres pour 100 km. 

arr1feu.JPGEt voici ce que ça donne de derrière. Notez les LEDs, qui sont aussi présentes à l'avant pour les feux de position, soulignés d'ailleurs par deux rangées situées un peu plus bas. Une signature optique agréable, en ligne avec le look plus sportif que néo-rétro de ce nouveau modèle. On peut l'obtenir en argenté (photo), blanc, ou tout noir.

Et le prix? 6995 francs tout compris. Un bon positionnement, pour un scooter puissant, utilisable aussi bien en ville qu'en campagne et pas très loin dans son équipement des références GT. Ceux qui voudront faire beaucoup de kilomètres sur autoroute seront toutefois bien avisés d'acheter en option un pare-brise plus haut....

Commentaires

mon Fran�ais n'est pas tr�s bon,mais je peut comprendre ce que vous voulze dire ! merci beaucoup pour cet grand effort

Écrit par : moving services | 16/04/2012

Les commentaires sont fermés.