28/06/2012

Une V7 Special (presque) comme dans le temps

PM27335.jpgLe test d'une moto vintage avec du caractère, mais dont le moteur et la partie cycle ont été adaptés aux exigences du monde moderne. Surtout dans cette déclinaison "Special", la V7 modèle 2012 attire le regard. C'était le but recherché par Moto Guzzi,marque historique faisant partie depuis quelques années du groupe italien Piaggio.

Pour 2012, techniciens, designers et ingénieurs ont modifié le moteur de cette "petite" moto afin de donner une meilleure réponse à l'accélération, et d'ajouter au passage quelques chevaux (on arrive à 51 canassons). Ce n'est pas énorme pour une 750 cc, mais c'est suffisant pour s'amuser et le couple est présent dès les premiers tours de roue, un peu comme un gros mono.

Les suspensions et la géométrie sont aussi revues. C'est plus confortable, pas moins rigoureux. Bon, si on force vraiment le rythme, ça bougeotte. Et le seul disque de frein avant doit être pressé sans aucune retenue pour vraiment stopper dans une situation d'urgence. Pas le frein arrière, qui a tendance à se bloquer un peu facilement. Mais de toutes façons, cette moto est légère, son poids est bien réparti. Et elle est plutôt confortable. Pour un prix acceptable de 11290 francs.

Lire la suite

26/06/2012

Liardet Motos déménage

Et puisqu'on parle de concessionnaires dans le post précédent... Liardet Motos, concessionnaire Kawasaki, Peugeot, Sym et PGO, quitte Belmont lundi prochain, pour se retrouver à Savigny. Ou, plus précisément, au chemin de Geffry 11, à la Claie-aux-Moines. En pleine zone industrielle. Ils n'auront plus de problème de voisinage!

Triumph ouvre une concession à Neuchâtel

 

 

C'est officiel. La marque anglaise Triumph a trouvé un concessionnaire à Neuchâtel, en la personne de Bruno Ienzer. Celui-là même qui gère depuis une dizaine d'années Competition Park dans la même ville. Ce passionné de sport moto représente déjà Kawasaki et KTM. Son nouveau magasin offrira 130 mètres carrés, dès le 2 juillet, au 3 du chemin des Mulets. Pour fêter dignement la chose, deux journées d'essai Triumph sont prévues, vendredi 6 et samedi 7 juillet. Avis aux amateurs de belles anglaises.

 

MY13_Trophy__Pacific Blue_Front.jpgEt puisqu'on parle de Triumph, il semblerait que la nouvelle Triumph Trophy (photos) arrive en octobre en Suisse. Le site français moto-station annonce 20000 francs la version standard, et 22000 la version SE, nantie entre autres du réglage électronique des suspensions... comme les BMW. Chez Triumph, on ne confirme pas les prix, mais on parle d'une fourchette entre 20000 et 23000 francs. Et on précise que c'est la SE qui sera surtout distribuée en Suisse.MY13_Trophy SE_ Lunar Silver_Instruments.jpg

 

Jérôme Ducret

25/06/2012

Victory, l'anti-Harley, débarque en Suisse

VictoryJackpot10.jpg Non, ce n'est pas une Harley-Davidson. On le voit en zieutant son phare avant qui n'a rien de rond. Et on le remarque aussi en examinant de près le gros moteur bicylindre en V de 10 cubic inches (1731 centimètres cubes en français métrique dans le texte). Non, c'est une Victory, également une moto américaine, une marque qui fait partie du porte-feuille du géant ricain Polaris - plus connu pour ses quads et ses motos des neiges que pour ses cruisers du bitume munis de deux roues.

Grâce à la collaboration d'Eric Kalchofner, patron de Classic Motor's Bike à Carouge (GE), nous avons pu essayer une Victory Vegas Jackpot, c'est-à-dire avec une roue de 21 pouces à l'avant au bout d'un guidon façon chopper, et un pneu de 250 (!) à l'arrière. Autant dire, un géant, d'autant plus que la distance entre les axes des deux roues est établie à un respectable 1684 mm...

On salue l'esthétique de cette moto, faite sans compromis, et dont la finition est soignée. Plus que les standards Harley, en fait. On salue aussi son (relatif) confort, l'amortisseur arrière digérant bien les bosses malgré sa courte taille.

Et le moteur est suffisamment puissant (96 CV), tout en offrant un couple de gros camion dès qu'on tourne la poignée des gaz (140 Nm!). Inutile de vouloir faire grimper ce moulin dans les tours: passés les 5000 tours, il vibre, proteste et s'essoufle. C'est normal, c'est le style d'engin qui veut ça, exactement comme sur une Harley. Par contre, la sonorité est nettement moins jouissive. C'est assez feutré, en fait. Heureusement, il y a déjà des pots alternatifs dans le catalogue des accessoires.

Lire la suite

22/06/2012

Aprilia se met au maxiscooter (ou moto?)

ApriliaSRV850Goumaz1.jpg

C'est le scooter le plus puissant jamais produit en série, avec ses 76 chevaux et son moteur bicylindre en V. Il s'appelle Aprilia SRV 850 (photo Julien Goumaz), mais il reprend une grande partie des composants d'un autre maxiscooter italien, le Gilera GP 800. Par contre, Aprilia l'a doté d'un nouveau visage qui singe la face avant de la superbike Aprilia (la RSV 4). Ce qui est sûr, c'est qu'il est rapide, et que les motards croisés sur son chemin font le salut. Le camouflage fonctionne!

Par ailleurs, cet anti TMAX est très stable, grâce à sa partie-cycle proche de celle d'une moto, il freine bien, très bien même, et comme un scooter il est confortable et protège son conducteur du vent (un peu) et de la pluie (beaucoup). Tout ça pour 12995 francs, en noir ou en blanc.

Lire la suite

21/06/2012

Une Triumph pour l'aventure

151628_PM182_85421949.jpgMême cylindrée, mêmes arguments marketing, même concept de grosse moto polyvalente confortable, bien pensée et pleine de détails pratiques utiles, suffisamment puissante pour la route et pas dénuée de qualités dynamiques. Même positionnement que la BMW R 1200 GS, star des ventes un peu partout dans le monde, en Suisse notamment, depuis en gros cinq ans. La Triumph Tiger Explorer 1200 (photo Patrick Martin) se veut par contre un peu moins chère à équipement plus ou moins équivalent, et un peu plus remplie côté moteur. Plus moderne, aussi. Sur ces points, c'est réussi. Pour moins de 18000 francs, on a plus de 130 chevaux, un couple de camion, une position plus que confortable et une protection contre les éléments assez acceptable, le look baroudeur, une transmission finale par cardan (pas d'entretien, donc) très aboutie et qui ne se rmarque absolument pas en conduisant, une selle réglable en hauteur, une suspension arrière ajustable en un trounemain en cas d'excès de bagage, un contrôle de traction déconnectable, l'ABS, un ordinateur de bord complet... mais pas ces fameux cylindres flat twin protubérants et bas de chaque côté, ni ce "regard" asymétrique. Ni, et c'est peut-être le seul vrai défaut de cette nouvelle Triumph, le même package alliant confort de suspensions, stabilité et rigueur, plus agilité extrême en roulant. Que la BMW, s'entend. Mais on est très proche, et il y a des plus indéniables, comme la finesse de la moto, le caractère rageur du moteur ou la dotation de série eu égard au prix.

Lire la suite