30/09/2012

La nouvelle Vespa garde sa taille de guêpe tout en consommant moins

piaggaio,vespa 125,lx,nouveauté,romeElle ne change presque pas pour cette nouvelle version. La Vespa LX 125 conserve sa taille de guêpe, ses petits pneus, sa coque élégante et plus généralement son look vintage assez chic. Mais sous la carrosserie, c'est le moteur qui a été complètement repensé par les ingénieurs de chez Piaggio, la maison mère. Une des modifications majeures consiste en l'ajout d'une valve (3 au lieu de 2). La partie-cycle, suspensions, châssis et freinage, n'évolue quant à elle pas.

Nous avons pu tester le résultat sur les rues et les avenues de Rome. C'est comme toujours plein de bosses petites et grandes. Même chose pour les trous, pour les rails de tram et pour le trafic chaotique avec ses nuées de deux roues qui déboulent de partout.

piaggaio,vespa 125,lx,nouveauté,romeDans ces conditions, la petite Vespa est toujours une reine d'agilité et de maniabilité. Elle se permet même de bien freiner malgré son tambour sur la roue arrière, sans doute en partie grâce à son poids très contenu. Mais elle est aussi plus silencieuse que le modèle précédent, elle part mieux au feu vert, dépasse avec un poil plus d'entrain... bref, on sent le travail des ingénieurs. Enfin la consommation du propulseur semble avoir franchi un seuil. Piaggio annonce plus de 50 kilomètres par litre d'essence! Ce qui fait au bas mot deux litres aux 100 km. Nous n'avons pas pu vérifier, mais les modifications techniques sont tellement nombreuses que ce chiffre n'est pas implausible.

piaggaio,vespa 125,lx,nouveauté,romePour le reste, le tableau de bord de la version LX de base gagne en lisibilité et en style, mais le coffre sous la selle est toujours exigu. On y range avec grand peine un casque sans mentonnière, façon demi-jet. C'est mieux sur le tablier, où l'on a droit à un compartiment relativement spacieux. 

piaggaio,vespa 125,lx,nouveauté,romeLa LX 125 nouvelle mouture, proposée en gros sans changement de prix (4995 francs) est disponible en blanc, rouge, bleu foncé ou noir. Elle a aussi droit à une version LXS (photo ci-contre), au design différent. En deux mots, le phare est rectangulaire et le tableau de bord est en deux parties séparées, cerclées de caoutchouc noir. Pour 4945 francs. Et si on veut visuellement encore un peu plus de sportivité, il y a la LXS Sport (ô surprise), en noir mat avec des touches de rouge, pour 4995 francs. Et c'est pas fini! la LX Touring, enfin, toutes options, est affichée à 5345 francs.

28/09/2012

Encore un scooter avec start and stop, chez Honda

HondaSH125flanduo.jpgC'est l'un des deux roues le splus vendus en Europe, tout spécialement en Italie, un peu moins en Suisse, où il trotte allègrement, tout de même, dans le top 20. Le Honda SH se refait une santé pour cette année, du moins sa version 125 centimètres cubes.

Pour résumer: il adopte l'Idling Stop, soit un système Start and Stop comme sur les voitures. Autrement dit, le moteur s'arrête après quelques secondes d'inactivité, pour repartir sans coup férir dès qu'on tourne la poignée des gaz. Et sans aucune vibration. Et presque sans aucun délai. C'est le même système que celui qui est fourni avec le frère de gamme, le Honda PCX 125. C'est en quelque sorte le deuxième deux roues au monde à bénéficier de cette technologie. Nous avions essayé le PCX, du moins la première version de ce modèle de scooter à prix très abordable, et il faut avouer que l'Idling Stop fonctionnait à la perfection. Il a sans doute encore été perfectionné dans cette nouvelle déclinaison.

Honda explique également que le moteur, comme celui du PCX, a été revu, afin d'être encore plus efficace. C'était déjà l'un des plus économes de sa catégorie, sans être insipide en accélération, du moins jusqu'à 100 km/h.

Et le design du SH a aussi changé avec ce nouveau modèle, notamment au niveau des phares avant. Enfin un gros défaut de ce scooter à roues hautes (16 pouces), sa faible capacité d'emport, semble avoir été corrigée. Le constructeur nous annonce un coffre sous la selle qui peut désormais accueillir un casque intégral! Plus un ABS de nouvelle génération, et tout ça, en Suisse, pour le même prix que le SH 125 2012. Bien joué!

26/09/2012

Le marché suisse des deux roues progresse en 2012

Ce ne sont que les chiffres correspondant aux nouvelles immatriculations en Suisse entre janvier et août 2012. Mais on sait que cette période correspond au gros de la saison de vente des scooters et motos. Quoiqu'il en soit, le marché suisse, contrairement à ce qui se passe en Italie, par exemple, est en progression. Plus 6,7% pour les motos, avec 20743 immatriculations, et plus 9,3% chez les scooters (17635 nouvelles unités).

Dans le détail, Yamaha reste en tête, suivi par Honda (qui remonte fortement grâce à ses nombreux nouveaux modèles, dont certains très économiques), puis plus loin, dans l'ordre descendant, Harley-Davidson, Vespa (membre du groupe Piaggio), BMW, Kawasaki, Suzuki, Piaggio, Sym, Ducati, Aprilia, KTM, Triumph, Peugeot, Kymco, MV Agusta, Moto Guzzi et enfin Husqvarna.

Yamaha grimpe de 8%, Honda de 26% (!), Harley de 13%, Vespa de presque 20%, BMW de 7%, Aprilia enregistre plus 4%, Peugeot plus 10% et Kymco plus 13%. KTM progresse de manière spectaculaire avec plus 36%. De l'autre côté, celui qui baisse le plus est Piaggio (la marque, - 20%, pas le groupe). Kawasaki (-7%), Suzuki (-1%), Sym (-7%) et Triumph (-9%) limitent la casse. Enfin Ducati reste peu ou prou stable.

Si l'on différencie les immatriculations de motos de celles des scooters, le classement diffère quelque peu. Dans la première catégorie, c'est Harley-Davidson qui arrive en tête, suivi par Honda et seulement ensuite par Yamaha. Cette dernière marque a vu reculer les immatriculations de motos neuves de 13%, perte compensée par une hausse de 28% sur le segment des scooters. Et on voit aussi que les bons chiffres de BMW sont dûs en partie aux scooters. Ce qui n'est pas le cas de Suzuki, dans la situation inverse: les motos vont bien, les scooters pas vraiment.

Enfin voici le top 20 par modèle

Motos

1: BMW 1200 GS

2: Harley-Davidson Sportster 1200 48

3: Suzuki GSR 750

4: Yamaha FZ8

5: Yamaha XJ 6

6: BMW S 1000 RR - la première sportive

7: Honda NC 700 S

8: KTM Duke 690

9: Honda NC 700 X

10: Kawasaki ER-6n

11: Honda CB 1000 R

12: Honda Crosstourer

13: Kawasaki Z 750 R

14: Harley-Davidson Sportster 883 Iron

15: Harley-Davidson Dyna Fat Bob

16: BMW R 1200 R

17: Ducati Panigale

18: BMW R 1200 GS Adventure

19: Ducati Multistrada 1200

20: Honda Hornet 600

 

Et pour bien faire, la même chose avec les scooters

 

1: Yamaha Aerox 50

2: Honda PCX 125

3: Vespa LX 125

4: Honda Vision 110

5: Yamaha Vity 125

6: Vespa PX 125 (deux-temps)

7: Vespa GTS 300

8: Yamaha X-Max 250

9: Peugeot Speedfight 50

10: Yamaha XMAX 530

11: Yamaha Xenter 125

12: Sym Mio 100

13: Honda Integra

14: Vespa LX 50

15: Yamaha Cygnus X 125

16: Vespa GTS 125

17: Honda SH 125

18: Honda SH 300

14/09/2012

Une version tout-terrain de la Triumph Explorer pour le printemps 2013

MY13TigeExploreXC.jpg

 

Evidemment, une version XC de la Triumph Tiger Explorer n'allait pas tarder. XC voulant dire ici: capable de s'aventurer en dehors des routes asphaltées, voire même en dehors des pistes. Mais vu la taille et le poids du bestiau, ce genre d'exercice est de toute façon réservé aux motards et motardes expérimentées.

Donc, comme pour la Tiger 800 XC, la 1200 XC a droiteà des jantes à rayons, au lieu de bâtons sur l'Explorer standard. Qui plus est, ils sont ici tubeless, ce qui signifie qu'en cas de crevaison on peut réparer soi-même sans l'aide d'un attirail de démonteur de pneus. D'autres goodies sont offerts, comme des protège-mains, un sabot moteur solide et des tubes de protection du moteur de chaque côté, toujours en cas de chute ou de raclement... et pour couronner le tout, vous avez des phares anti-brouillards.

Comme pour sa soeur de route, l'Explorer XC conserve un ABS désactivable, un contrôle de traction lui aussi désactivable, le cruise control, et plein de bonnes choses. Comme un moteur fabuleux, un entretien économe, une bonne autonomie, un bon confort et des suspensions largement suffisantes pour 95% des utilisateurs. L'Explorer tout court coûte 17990 francs sans les frais de transport.

Elle sera disponible chez les concess en Suisse au printemps prochain. Le prix n'est pas encore dit. Il sera forcément un peu plus cher que la Tiger Explorer de base.

13/09/2012

Voici le Boguet GP des Alpes, ce samedi sur les cols suisses

Alpenbrevet, Redbull, vélomoteurs, boguet, Alpes, compétitionOn souhaite aux quelque 800 inscrits de 2012 une météo plus clémente ce samedi 15 septembre pour une nouvelle édition du Redbull Alpenbrevet. La photo a été l'an passé.

Cet événement sportif autant qu'humoristique, sponsorisé par un fabricant de boissons énergisantes, met les nerfs et la patience des concurrents à rude épreuve.

Il s'agit ni plus ni moins de franchir l'un après l'autre les cols suisses du Grimsel, de la Furka et du Susten, soit 132 kilomètres de belles dénivellations, sur des vélomoteurs, toutes marques et années confondues. Durée maximale du trajet: 10 heures, au-delà desquelles intervient une voiture balai. Pas plus de 30 km/h, interdiction de dépasser les voitures, de boire en pilotant et d'éteindre son moteur à la descente. IL est par contre permis de dépasser dans un virage et le règlement ne proscrit pas expressément le fait de mettre un genou à terre au passage - si l'on arrive à garder le boguet en équilibre malgré la (faible) vitesse

Tout ça pour 25 francs, et ce n'est pas forcément le plus rapide qui gagne, il faut le faire avec du style... les inscriptions sont malheureusement closes, mais sait-on jamais, un des participants pourrait tomber malade.

Que du bonheur sur deux roues, sans l'angoisse du retrait de permis. Allez, encore une photo, et le site

Alpenbrevet, Redbull, vélomoteurs, boguet, Alpes, compétition

Kawasaki Ninja 300, sportive pour débutants, mais pas seulement

Difficile de deviner au premier coup d'oeil qu'il s'agit d'un moto pour débutants. D'une sportive de seulement 300 centimètres cubes. L'aspect n'est pas très éloigné des motos supersportives de la même marque, Kawasaki. Et le carénage est conséquent. Il n'y a guère que le bruit, à fond dans le virage, un rien suraigu, pour faire comprendre qu'il s'agit d'une petite Ninja. Par rapport à la Ninja 250 R, on progresse ainsi nettement au niveau du look et de la taille. Et ce modèle 2013 fait aussi unKawasaki, Ninja 300 R, Ninja 250 R, Honda CBR 250 R

grand pas pour ce qui est du moteur, plus performant à tous les régimes, plus souple aussi. Sans oublier le châssis, plus rigide, le tableau de bord, plus complet, et les pneus thailandais, qui adhèrent mieux au bitume. Nous n'avons pas pu tester leurs limites sur route mouillée, lors d'un essai dans la région de Francfort, en Allemagne. Mais sur route sèche, même bien bosselée et remplie de tacons, ils font leur boulot sans frémir.

Les suspensions aussi, même si elles sont un peu sèches. Ca va sans doute de pair avec les exigences de sportivité en rythme rapide, situation dans laquelle la Ninjette reste très stable. On le paie donc un peu en confort de route, sans que ça soir insupportable. La protection offerte par le parebrise et le carénage est bonne, surtout conjuguée à la position de conduite, avec un guidon pas trop sportif. Le vent n'est plus une gêne. La pluie devrait par contre encore arriver sur le casque.

Le freinage pourrait être plus mordant. Il faut tirer à fond dans le levier en entrée de virage si on on veut rouler vite en campagne. Et quand on le fait sur un revêtement dégradé, on remarque que les roues et la fourche ont un peu de la peine à digérer. Mais rien de dangereux, c'est juste un peu imprécis. De toutes façons, on a régulièrement l'impression d'aller très, très vite, alors que le tachymètre n'indique qu'un peu plus de 100 km/h.

Bref, c'est une vraie sportive pour débutants, légère avec ça, mais qui n'oublie pas une certaine polyvalence. Pour un prix pas encore connu en Suisse, mais que l'on pressent à peine plus haut que 6000 francs avec l'ABS de série.

Lire la suite

05/09/2012

Une petite Ninja 300, et une nouvelle Z chez Kawasaki

Le salon européen de kawasaki,z 750,z 800,ninja 250 r,ninja 300,start and stop,nouveauté 2013,intermotla moto et du deux roues Intermot s'approche, et déjà les annonces pleuvent. A ce jeu-là, Kawasaki fait fort, puisque les verts livrent coup sur coup deux bombes qui concernent leurs deux best-sellers. La "petite" Ninja 250 va changer de look, mais aussi de moteur, pour devenir la Ninja 300 R (photo constructeur), avec un rapport poids/performances qui va enfumer tout ce qui passe de comparable. Et même quelques raffinements techniques comme un anti-dribble permettant de rétrograder comme sur circuit, et un embrayage assisté également. Le look, lui, fait de l'oeil à fond aux grandes sportives de la marque, les ZX-6R et ZX-10R.

kawasaki,z 750,z 800,ninja 250 r,ninja 300,start and stop,nouveauté 2013,intermotPlus de couple et de puissance en adoptant une esthétique forte, c'était déjà un peu la philosophie de la naked Z 750, un succès européen indiscutable. Or on apprend rgâce à quelques indiscrétions qu'en 2013 elle va encore grandir en centimètres cubes, pour devenir la Z 800 (exactement 806 cc selon un communiqué de Kawasaki). Avec là aussi un nouveau visage, plus compact, dont on voit ici un teaser publié par Kawasaki. Pour le reste, rien d'autre que des rumeurs: elle serait plus légère que la 750, et surtout, elle adopterait un système start and stop. Une première absolue sur une moto, même si on le connaît déjà pour les scooters Honda PCX.

kawasaki,z 750,z 800,ninja 250 r,ninja 300,start and stop,nouveauté 2013,intermotEt voici la fuite, à gauche, qui vient du Siam RideClub.

04/09/2012

Suzuki entre sur le marché des quarts de litre avec l'Inazuma

Suzuki, 250, Inazuma, nouveauté 2012On l'a aperçue au dernier salon Swiss-Motos de Zurich en février, discrètement. Maintenant la voici en Suisse dès le mois de novembre. La Suzuki Inazuma débarque chez nous, et elle vient concurrencer les rares 250 centimètres cubes disponibles sur le marché, comme la Kawasaki Ninja 250R, ou la Honda CBR 250, toutes deux avec un carénage intégral de petites sportives. La plus basique Yamaha YBR 250 n'est plus vendue en Suisse.

L'Inazuma reprend es éléments stylistiques présents dans deu la GSR 600 et surtout dans la GSR 1300 B-King. La puissance maximale déclarée est de 24 chevaux à 8500 tr/min, pour un couple atteignant 22 Nm à 6500 tr/min.

 

Suzuki, 250, Inazuma, nouveauté 2012Avec encore un poids de 183 kilos tous pleins faits, un empattement de 1430 mm, six vitesses, un réservoir de 13,3 litres, un simple disque à l'avant, idem à l'arrière, et un moteur bicylindre à refroidissement liquide. Accessible bien sûr avec le "petit" permis, et disponible en noir ou rouge pour 4980 francs. Apparemment sans ABS. Un prix bien placé.

A comparer peut-être aux 6070 francs de la petite CBR, qui offre plus de protection et un freinage antiblocage combiné. La petite Ninja, sans ABS, elle aussi plus protectrice, coûte quant à elle 6490 francs, et est plus puissante. Mais cette dernière devrait avoir droit à une refonte complète pour 2013, sa cylindrée passant à 300 centimètres cubes, notamment (essai prochainement sur ce blog).

 

 

 

 

 

Suzuki, 250, Inazuma, nouveauté 2012Et eencore une vue du côté gauche pour finir...

Entrée réussie des motos Husqvarna sur la route

120902_HUSQUVARNA_02.jpgElle ne ressemble à aucune autre moto. Et ce n'est pas une critique. La nouvelle Husqvarna Nuda 900, ici dans sa version R (photo Pascal Frautschi, Tribune de Genève), représente une nouvelle voie pour la marque italienne, spécialiste des engins tout-terrains. Depuis son acquisition par le géant BMW, Husqvarna peut notamment profiter du savoir-faire de celui-ci en termes de moteurs destinés à la route.

Le moteur de la Nuda, justement, est une version vitaminisée du bicylindre en ligne des BMW de la série F. Son volume passe de près de 800 centimètres cubes à près de 900, ce qui permet une puissance culminant à 105 chevaux (la plus puissante des BMW F, la GS, atteint 85 CV), tout en offrant une promptitude à l'accélération encore plus manifeste. Et aussi une grosse louche de caractère en plus, en conservant la grande frugalité qui le caractérise dans les motos allemandes. 5 litres aux 100 km, vérifiés durant l'essai. Ce qui, avec 13 litres, permet de dépasser les 250 km d'autonomie.

A l'essai, grace à un exemplaire gracieusement prêté par Speedbike à Carouge (GE), le bloc de la Nuda est un rien caractériel, sa sonorité est féroce, et le tout varie selon le régime. Dès qu'on dépasse les 2500 tours/minute, ça pousse fort, jusqu'aux chiffres rouges, vers 7500 tours/minute. A bas régime, pour négocier un rond-point urbain, l'injection est un brin capricieuse et ça hoquette de manière désagréable. Mais on s'y fait.

120902_HUSQUVARNA _04.jpgSurtout que les suspensions et le freinage (Brembo monobloc!) sont pour ainsi dire parfaites de rigueur et de précision. Comme la moto est relativement longue et assez légère, elle est d'une maniabilité redoutable, sans presque jamais se désunir sur les bosses ou les creux. La Nuda de base, que nous n'avons pas eu l'occasion d'essayer, fait probablement un peu moins bien dans ce domaine, et un peu mieux au niveau du confort. La selle de la Nuda R est une vraie planche de bois, et le réglage fourche-amortisseur est du côté du rigide.

Il n'y a pas d'ABS, du moins pas avant 2013, et la protection contre les éléments est faible, à part les écopes du réservoir d'essence qui dévient un peu de vos cuisses l'eau et le vent. Mais c'est une "Nuda", après tout. Un outil pour le plaisir, la plupart du temps en solitaire. Il reste qu'avec cette moto, même les trajets utilitaires maison-boulot deviennent jouissifs. Il faut juste garder un semblant de raison et ne pas se laisser emporter par le caractère pousse au crime de la bécane. Tout ça pour... 14490 francs! La Nuda toute simple (si j'ose dire) est à 12400 francs.

14:26 Publié dans Tests | Tags : husquarna nuda, bmw f 800 | Lien permanent | Commentaires (0)