12/01/2012

Marché suisse de la moto en progression, scooters qui stagnent

2011 a somme toutes été une bonne année pour les fabriquants de motos et de scooters présents sur le marché suisse. Cela saute aux yeux quand on analyse les statistiques d'immatriculations entre janvier et décembre derniers. Le total de nouvelles immatriculations s'est établi à 45533 unités l'an passé, contre 41590 en 2012, soit une hausse de 9,48%. L'augmentation atteint même 16,23% si l'on ne considère que les motos (23088 immatriculations nouvelles en 2011).

Dans ce paysage plutôt réjouissant, Yamaha reste leader, devant Honda, Harley, Vespa et BMW. Ces cinq marques progressent de 8,6%, respectivement 15,98%, 20,71% et 39,15%. Dans l'ordre décroissant, on a ensuite: Piaggio, Kawasaki, Sym, Suzuki, Triumph, Aprilia (au coude-à-coude avec Ducati), et, un peu plus loin, Peugeot, Kymco et KTM. Sur le terrain exclusif des motos, c'est Harley qui prend la tête, avec cette fois-ci Yamaha en numéro deux, BMW en troisième position, Honda quatrième et Kawasaki cinquième.

Les seuls à reculer sont Piaggio (moins 25,36%!), Suzuki (moins 17,12%), Kymco (-15,43%) et, dans une moindre mesure, Peugeot (-5,8%) et Sym (-2,73%).

Les listes par modèles ne sont pas encore disponibles. Mais on voit assez rapidement que les marques qui ont une image forte et cohérente et/ou qui n'ont pas peu d'innover s'en tirent mieux que les autres, et ce malgré des prix parfois élevés. C'est le cas de Harley, BMW et Vespa, bien sûr, mais aussi de Ducati ou KTM.

Aprilia a bien remonté la pente, grâce à des produits à fort contenu technologique et dégageant pour certains une aura de performance à prix raisonnable. Kawasaki a continué à jouer la carte de l'originalité, du style affirmé et de prix placés, Yamaha a joué sur son image de constructeur complet, proposant un style adapté au marché européen, et de marque "top", mais avec des prix en conséquence, explicables en partie par les problèmes de taux de change avec le yen. Honda a pour sa part fait un bond en avant l'an dernier, en jouant aussi bien la carte des prix contenus que celle des nouveautés, mais avec des résultats contrastés par modèles. Autrement dit, le PCX a fait un carton, alors que la VFR 1200 a eu beaucoup de peine à décoller. Enfin Triumph continue à faire fort, les nouveautés trouvant régulièrement leur public, avec là aussi une image de marque forte et des prix raisonnables. Cela dit, les marques non japonaises bénéficient depuis quelques années d'un dynamisme efficace et ne cessent d'étendre leur rayon d'action.

Les choses sont plus compliquées pour ceux qui misent surtout sur le rapport qualité-prix, sans vouloir ou pouvoir s'affirmer de manière originale. Kymco, malgré ses excellents produits, en est l'illustration malheureuse. Et l'importateur de Suzuki, en dépit de deux nouveautés arrivées un peu tardivement, paie probablement les problèmes de taux de change et de manque d'investissement promotionnel en Suisse.

Le segment des

 

23/12/2011

Les prix 2012 moto et scooter en Suisse

KawasakiVersyssalon4.JPG15490 francs pour une Versys 1000 (photo), 20190 pour la nouvelle ZZR 1400 hyper-rapide, 9390 et respectivement 9990 pour une ER-6n et une ER-6f modèles 2012. Les tarifs Kawasaki des nouveaux modèles ont été fixés pour la Suisse par l'importateur, la maison Fibag. Ils sont placés sur ce marché, surtout pour les ER-6 et pour la nouvelle grande Versys. Mais aussi 10590 francs pour la "petite" Versys 650, la même chose pour la Z 750 de base, et 11590 pour la version R (toujours avec ABS). Il semble bien que Fibag ait tenu parole et baissé le prix de pas mal de motos pour 2012. Le plus gros écart par rapport au prix en euros n'est que de 1000 francs environ, sur l'un des modèles les moins onéreux (l'ER-6n).

Par contre les prix des grosses nouveautés Honda (NC 700 X et S, Integra, Crosstourer, Fireblade) n'est toujours pas fixé officiellement pour la Suisse. Et il en est de même pour les Ducati (du moins pour la Panigale) et les Triumph (Explorer, Speed Triple R). Et l'on ne sait toujours pas combien coûteront les nouveaux maxiscooters BMW, ni le nouveau Tmax, ni la nouvelle R1... il faut croire que la question des prix suisses est toujours et encore un domaine sensible.

21/12/2011

Après l'Airbag moto, la Sphère

C'est un prototype, et ça ne résoud peut-être pas tous les problèmes de sécurité des motards, mais l'idée est intéressante. La sphère se gonfle en 5 centièmes de secondes. Elle a été mise au point par un certain Rejean Neron. La couleur orange est peut-être mal choisie, surtout sur une R6 noire et rouge. Et il pourrait être utile de porter tout de même des gants en roulant!

20/12/2011

1199 et Troy en vidéo

 

...Et histoire de rêver un peu en attendant l'arrivée de la 1199 (au printemps prochain), voici une vidéo pleine de renseignements sur son développement, dont la phase finale a justement été menée avec l'aide de Troy Bayliss:

 



 

...Largement de quoi réchauffer l'atmosphère...

 

 

14:02 Publié dans news | Tags : ducati, 1199, panigale, bayliss | Lien permanent | Commentaires (0)

18/12/2011

Apprendre à piloter avec Troy Bayliss et la Ducati Panigale!

attachment.ashx.jpgLes inscriptions sont ouvertes depui sle 15 décembre et les places vont partir très vite. Comme en 2011, Ducati organise des stages de pilotage en Italie l'année prochaine. Ils ont lieu les 18, 19, 20 avril sur circuit d'Adria, les 29-30 mai sur le circuit du Mugello, les 18-19 juillet sur le circuit d'Imola, les 4-5 septembre sur le circuit de Misano, et les 18-19 septembre à Monza.

 

Cours proposés:

basique, pour débutants, sur Monster 796

intermédiaire, sur Hypermotard 796, Monster 1100 ABS et Mulstistrada 1200

racing 1 et 2, sur 848 EVO

Master racing sur 1199 Panigale S

Troy Bayliss Academy, sur 1199 Panigale S

Comme l'indique l'intitulé de ce dernier cours, ils ont lieu sous la supervision du triple champion mondial Superbike Troy Bayliss, qui a réussi à gagner avec trois générations de superbikes Ducati, la 996, la 999 et la 1098R. Cette fois-ci, il emmène ses "élèves" au guidon de la dernière née de Bologne, la 1199 Panigale, dans sa version S avec suspensions électroniques et enregistrement de données de courses faisant appel à la technologie GPS. Pas plus de 5 personnes par jour pourront suivre le maître, et elles devront être en possession d'une licence.

 

Sont fournis: la moto, le carburant, des pneus de rechange si nécessaire, l'instructeur, le repas de midi et un "welcome kit". Les prix varient de 250 à 2100 euros (300 à 2500 francs) selon le degré. Il faut amener ses vêtements, ou indiquer qu'on les loue lorsqu'on réserve en ligne.

 

Pour plus d'infos, dre.ducati.com ou dre2012@ducati.com

 

11/12/2011

Marc Ristori, le film à Genève et Lausanne

MarcRistoriaffichfilm.jpgIl est visible encore demain lundi et mardi à Lausanne et Genève. Il raconte l'histoire bouleversante de Marc Ristori, multiple champion suisse de motocross, devenu paraplégique à la suite d'un accident survenu le 30 novembre 2007. Le film Benjamin Tobler, "Marc Ristori - d'une seconde à l'autre", expose son combat et l'espoir qu'il suscite.

Lundi 12 décembre

Lausanne, Galeries 8, 12h25, 17h10 et 19h25

Genève, Scala 1, 14h30,et 19h, Pathé Balexert 9, 15h15 et 17h30, Pathé Balexert 1 à 20h

 

Mardi 13 décembre

Lausanne, Galeries 8, 12h25, 17h10 et 19h25

Genève, Scala 1, 14h30,et 19h, Pathé Balexert 9, 15h15 et 17h30, Pathé Balexert 1 à 20h

Voir aussi le site du film

 

09/12/2011

La Chine copie, adapte, ressert les motos et scooters japonais ou européens

mp3chinois.jpgCette péripétie a fait quelques titres lors du dernier salon de la moto et du scooter de Milan. La police italienne a saisi sur le stand du chinois Yiben un "faux" MP3 à trois roues, cubant 250 cc, et manifestement copie conforme du trois roues de Piaggio, pour lequel un brevet a été déposé.

Cette anecdote est assez révélatrice d'une tendance profonde. L'Empire du milieu est suffisamment vaste et industriellement varié pour que des contrefaçons, des imitations ou des adaptations de produits japonais ou occidentaux apparaissent régulièrement. Et comme le salon de Milan, EICMA de son petit nom, accueille beaucoup d'exposants chinois et organise une manifestation soeur en Chine...

 

 

 

 

 

On ne résiste pas au plaisir de vous fournir une autre exemple, photographié par nos soins

IMG_1684.JPGC'est une moto dotée d'un moteur de 250 cc (elle aussi), refoidi par air. Elle ne vous rappelle rien. Avec son réservoir sous la selle, sa double optique asymétrique, son longeron de cadre ajouré et ce qui ressemble presque à une hélice bleue et noire sur la flanc de carénage du faux réservoir?

Ceux qui ont répondu BMW F 650 Scarver ont tout juste. Un modèle qui n'est plus produit depuis plsuieurs années, mais qui était l'un des premiers à proposer un coffre à casque à l'avant - qui ne se fermait pas.

08/12/2011

Des motos et des scoots électriques à Genève grâce à Migros

2012_zero-s_studio_red-ra_1680x1200_press.jpgC'est la nouvelle Zero S, version 2012. Une moto électrique capable de 140 km/h pour une autonomie de 180 km dans sa version la plus chère et la plus équipée. Et elle sera bientôt disponible en Suisse romande, grâce à la Migros, pour un peu plus de 12000 francs. Plus exactement, grâce à l'ouverture toute récente d'un M-Way, un magasin consacré à l'électromobilité, au 54 de la rue de Lausanne, à Genève. M-Way vend des vélos, des scooters (Govecs, Vectrix), des voitures mêmes, et plein d'accessoires et de services. Il existe déjé deux shops en Suisse allemande, dont un, le plus ancien, à Zürich. Et le géant orange aimerait bien aussi s'implanter à Lausanne, dès qu'il aura trouvé des locaux convenables, pas trop chers, accessibles en véhicule et pas trop loin des transports publics, ni du centre-ville.

En attendant, le M-Way genevois est ouvert de mardi à samedi. Plus d'infos sur leur site

 

Et pendant qu'on y est, on vous met deux vidéos sympas sur les bécanes électriques, Zero d'abord, KTM ensuite

 

20/11/2011

Le trois roues électrique de Vectrix arrive pour la fin de l'année

VX-3 Li+ White Front Side Right 1-Cutout High-Res.jpgIl se cachait dans un recoin du pavillon 2 du salon de la moto et du scooter 2011, à Milan. D'autres que lui prenaient le rôle de vedette. Et pourtant ce véhicule marque une nouvelle révolution dans le monde du scooter. Notez bien qu'on n'a pas dit "du deux roues". Vectrix, le premier constructeur à avoir lancé sur le marché mondial un maxiscooter tout électrique, récidive en lançant le premier trois roues tout électrique... le VX-3, déjà entrevu il y a un peu plus de deux ans, avant que la marque ne connaisse de grosses difficultés financières et ne soit sauvée de la faillite grâce au rachat opéré par son fabriquant de batteries.

En quelques mots, le VX-3 utilise un moteur et des batteries similaires à son cousin le VX-1 Li+, ce qui garantit une autonomie respectable de plus de 100 kilomètres, pour une vitesse de pointe volontairement limitée à 110 km/h, et une bonne capacité à accélérer. On retrouve également la fameuse manette des gaz (enfin, des décharges, plutôt) qui peut recharger les batteries quand on la tourne dans le sens inverse, tout en agissant comme un frein, ou comme un marche arrière quand le véhicule est arrêté. S'y ajoute un double train avant totalement inclinable,où les deux roues sont solidaires, avec un ressort d'amortissement placé en position centrale, un peu comme le futur tripode Peugeot, le Metropolis 400. Il s'agit donc d'un système plus simple et plus léger que celui du Piaggio MP3, qui doit par contre apporter la même stabilité accrue et le même freinage surperformant par rapport à un scooter deux roues classique. Et tout ça avec un permis de 125, puisque c'est un véhicule tout électrique.

Le VX-3 est tout de même annoncé à 238 kilos en ordre de marche. Ce n'est pas du léger. Les roues avant semblent être de 14 pouces, comme sur le Piaggio MP3 Yourban. Et cerise sur le gâteau, il devrait débouler cette année encore en Europe, en Suisse notamment. Plus de précisions après le prochain salon de la moto de Paris, à la fin du mois!

16/11/2011

Mission, battre le Yamaha Tmax

tmax2011.jpgEn matière de scooters, enfin de maxiscooters, Yamaha avait vu juste, avant tout le monde, en introduisant sur la marché en 1999 son désormais célèbre Tmax (photo modèle 2011), qui unissait les bons côtés d'une moto et d'un scooter, justement, dans un véhicule à la croisée des chemins. Il était confortable, on le conduisait les pieds posés à plat sur une selle moëlleuse, et bien abrité du vent et de la pluie, avec un système de vitesses automatique. Mais en même temps, les prestations de son moteur bicylindre de quelque 500 centimètres cubes, de son châssis rigide et de ses suspensions haut de gamme l'apparentaient à une moto pour ce qui est du plaisir de conduite. Ce modèle a tout de suite percé en Europe, malgré un prix conséquent qui est monté en Suisse jusqu'à plus de 14000 francs. Forcément, les autres ont eu des bouffées de jalousie. Mais ce n'est qu'au dernier salon de la moto et du scooter de Milan, cette année, qu'ils ont lancé la vraie contre-offensive. Honda avec son Integra, qui adopte des roues de 17 pouces aussi grandes que celles d'une moto, ainsi qu'un moteur bicylindre lui aussi, de 670 cc, des suspensions et un châssis de moto, bien sûr, et un système de vitesses semi-automatiquer made in Honda. Mais la vraie star du salon, c'est malgré tout le nouveau, pardon, les deux nouveaux modèles BMW, le C 600 et le C 650, deux déclinaisons d'un scoototo, ou d'une motster, c'est selon, avec tout plein de raffinements et de gadgets, et évidemment le moteur bicylindre et la partie-cycle de moto. Devant cette offensive, Yamaha a d'ailleurs répliqué en musclant son Tmax et en rendant son look plus agressif.

Lire la suite

La bataille des trails a commencé à Milan

R1200GS2010.JPGEn Europe et dans le monde, il y a une reine qui n'a pas eu de rivale durant plus de ciq ans, la BMW R 1200 GS (photo). Ce trail de grosse cylindrée, archétype de la moto polyvalente, grâce à sa position de conduite relax, à une protection très correcte contre les éléments, à des aptitudes sérieuses au duo, à un moteur plein de couple (de capacité d'accélération, au final), à une soif de carburant très modérée, à une transmission finale par cardan qui ne demande pas d'entretien, à une agilité surprenante pour une moto de cette taille, et last but not least, à une image de baroudeuse largement entretenue par certaines vedettes du cinéma... Or son hégémonie (numéro un en Suisse, en Italie, en Allemagne...) aiguise les appétits des concurrents. Triumph et KTM ont tenté de suivre la même recette, avec des chiffres de vente bien plus modestes - plus dûs à la taille de ces deux marques qu'à de réels défauts. Moto Guzzi s'y est aussi mis, et a pondu une Stelvio au look tout aussi discutable que la BMW GS, mais plus lourde, moins démonstrative et moins technologique, sans être moins chère. Et avec un réseau de distribution un peu misérable. Ce n'est qu'avec la toute dernière évolution, la Stelvio 8v, que les choses se sont sensiblement améliorées - sauf en ce qui concerne le réseau de distribution. Et la Suzuki V Strom 1000, avec sa copie conforme siglée Kawasaki, n'a jamais connu un grand succès, probablement en raison d'une qualité de fabrication et de caractéristiques dynamiques nettement en deça - elles ont d'ailleurs disparu en raison du non respect des nouvelles normes antipollution.

undefinedDuc_MTS1200 ABS_1_10.JPGDucati a planté un jalon dans ce secteur, en visant un créneau un peu différent, avec la nouvelel Multistrada 1200 - l'ancienne était une bonne moto, mais pas très confortable dans son réglage de supensions de base, peu pratique et avec un faciès presque unanimement décrié. Mais la Multi 1200 a par contre fait très fort, avec cette fois une grosse dose de sportivité et de contenu technologique: moteur délivrant près de 160 chevaux, modes d'injection paramétrables, contrôle de traction paramétrable, suspensions réglables électroniquement... avec comme résultat quatre motos en une - pour la conduite sportive, pour le touring, pour la ville et même, mais de manière moins convaincante à cause de la taille du pneu avant, pour le hors-piste. Seul le prix élevé et l aprésence d'une chaîne au lieu d'un cardan avait vraiment de quoi dissuader les acheteurs potentiels. Et ce modèle a connu très vite le succès en Italie, aux Etats-Unis, mais curieusement pas en Suisse... là encore le réseau, et peut-être aussi le surcoût inexplicable par rapport au reste de l'Europe.

Puis Yamaha a tenté de surfer sur la même vague en relançant sa mythique Super Ténéré, cette fois avec un bicylindre de 1200 cc, le cardan, l'antipatinage et plein de subtilités, dont un ABS malheureusement pas déconnectable, plus une bonne aptitude malgré tout au hors-piste, en respectant le poids conséquent de la bête, plus lourde encore que la GS qui n'est pas un poids plume. Et avec un prix un peu élevé et un moteur peu démonstratif.

kawasakiVersyssalon7.JPGOr le dernier salon mondial du deux roues à Milan vient d'ajouter trois concurrentes sérieuses à l'indétrônable GS. La Kawasaki Versys 1000, tout d'abord, qui s'appuie sur le moteur de 1048 cc dérivé de la Z 1000, retravaillé, aditionné d'un contrôle de traction, d'un semicarénage tiré de la "petite" Versys 650, et avec un pot d'échappement placé sur le côté droite - pas comme pour la petite Versys. Là, c'est clairement le côté routier qui l'emporte, avec notamment des roues de 17 pouces et une chaîne. ELle pèse 239 kilos avec les pleins, 10 de plus que la référence BMW. Et l'esthétique Versys originale ne va pas plaire au plus grand nombre, contrairement à celle de la GS, à laquelle le public s'est habitué

041_HONDA_CROSSTOURER_SIDE_DYN.JPGIl y a aussi la Honda Crosstourer, qui s'appuie elle sur la puissante motorisation V4 de la VFR 1200, avec plus de 150 chevaux au vilebrequin, un cardan, et pour la première fois chez Honda un antipatinage. Plus une version améliorée et plus légère du désormais célèbre DCT, ou mode passage des vitesse semi-automatique, sans levier d'embrayage ni sélecteur. Par rapport au prototype montré l'an dernier également à Milan, la Crosstourer s'est faite plus fine, sa roue avant est de 19 pouces, donc plus grande, et les jantes sont à rayons, ce qui augure de bonne caractéristques pour l'enduro léger. La machine est tout de même annoncée à plus de 250 kilos avec les pleins, à comparer aux 229 de la BMW.

TigerExplorerstatic2.jpgNon, la seule qui va vraiment taquiner la GS, à part la Multistrada (géniale mais trop chère en Suisse), ce sera certainement la nouvelle Triumph Explorer 1200, qui propose le seul moteur trois cylindres du lot, atteignant une puissance respectable de plus de 130 chevaux pour un couple omniprésent, avec un cardan, et un poids contenu de ... 229 kilos avec les pleins; plus le premier antipatinage sur une Triumph, un ABS en option déconnectable, un grand réservoir (mais le moteur est probablement moins économe que la BMW), une roue avant de 19 pouces, une position tout aussi confortable, et des options assez similaires. Tout cela très certainement à un prix un poil plus concurrentiel que la Bavaroise. Et avec un look certes un peu imité mais qui a l'air de plaire au vu du succès des petites Tiger 800 de la même marque, visuellement très proches.

13/11/2011

Ducati repousse encore les limites au salon de Milan

DucatiPanigalesalon9.JPGElle représente ce que le sport motorisé sur deux roues peut produire de plus fou. La 1199 Panigale, la nouvelle Ducati présentée au salon international de la moto et du scooter 2001 de Milan a de quoi faire tourner la tête avec deux chiffres: 195 chevaux de puissance maximale, pour un poids à sec de 164 kilos, et 188 avec les pleins. Tout ça pour un moteur bicylindre. C'est du jamais vu pour ce genre de moteur. Et un tel rapport poids-puissance, c'est du jamais vu tout court pour une moto de série. Pour y arriver, les ingénieurs de la marque italienne ont adopté des solutions radicales, le moteur faisant partie du châssis, et le châssis étant monocoque, la boîte à air faisant partie du châssis, sans oublier une pompe à vide pour garantir une lubrification optimale sans réservoir, deux pots d'échappement sous le moteur, etc. Mais le plus intéressant réside dans l'adjonction à cette débauche de légèreté et de de puissance d'une débauche non moins conséquente d'équipement électronique devant permettre de dompter facilement la "bête". Il y a bien sûr le Ducati Traction Control (DTC), ou contrôle de traction façon Ducati, autrement dit l'antipatinage, réglable sur 8 niveaux d'intervention, ainsi que des modes d'injection paramétrables, ainsi qu'un quickshifter, qui autorise le passage des vitesses en montant sans débrayage. S'y ajoute un ABS ultraperformant, en option. Et, de série, un contrôle électornique du frein moteur, lui aussi paramétrable - encore une première. Sans oublier, pour la version S plus chère, un système de régulation électronique des suspensions, actionnable par le tableau de bord, comme sur la Multisatrada de la même marque. Ajoutez encore un tableau de bord couleur TFT, au design nouveau, mais à la techonologie déjà éprouvée dans le Ducati Diavel. Réussir à caser tout ça avec aussi peu de poids relève d'ailleurs également de l'exploit. Cela a bien sûr un prix, de 18990 euros pour la Panigale standard, 19990 avec l'ABS, et 23990 euros pour la version S (qui inclut aussi un système d'enregistrement des données de course). Assez symptomatiquement, le prix en francs suisses n'est pas encore disponible! Il est toujours un peu plus cher que dans le reste de l'Europe, sans que l'on puisse attribuer cette différence à une raison valable. Comme Ducati vient de choisir de créer une filiale en Suisse et de ne plus passer par un importateur, il y aura peut-être des nouveautés de ce côté.

DucatiPanigalesalon.JPGEt cette Panigale est officiellement devenue la plus belle du salon de Milan 2011, avec plus de 53% des votes des visiteurs; ils sont 12800 à avoir voté, sous la houlette du magazine italien Motociclismo, devant la MV Agusta F3 Serie Oro, deuxième, qui récolte 17%, et la Husquarna Nuda 900 R, troisième avec moins de 10%. Le reste est attribué à de nombreux autres modèles, de manière éparse.

01/11/2011

Sym et Peugeot ont baissé leurs prix en Suisse

Kisbee50.jpgC'est officiel, depuis la mi-septembre, l'importateur suisse des marques de scooters Peugeot et Sym a lui aussi baissé ses prix, face à la dévalorisation de l'euro contre le franc suisse. Les baisses varieraient entre 7 et 13%. Quelques exemples: le Peugeot Kisbee 50 RS (photo ci-contre), un des bestsellers de la marque, était affiché à 2295 francs. Il vaut désormais 1995 francs. Et pour le Tweet 125, on est passé de 3295 à 2895 francs.

Côté Sym, les scooters du constructeur taïwanais ont aussi vu leur prix "maigrir". Le GTS 300 (photo en-dessous), qui se vendait à 6595 francs, est disponible pour 5895 francs. Et le Mio (un 100 cc), l'une des grandes stars du marché, ne coûte plus que 2595 francs - un rabais intéressant, pour un modèle déjà très peu cher.

GSTEVO300bis.jpg

31/10/2011

Des kilos en moins, de la pêche en plus, la nouvelle Suzuki GSX-R 1000

GSX-R1000L2_P11_Image_2.jpgUn regard distrait n'y verra que du feu. Oui, c'est une GSX-R. Ah bon, elle est nouvelle? Pourtant elle ressemble à toutes les déclinaisons précédentes, non? Oui et non. Tout d'abord, pour le millésime 2012 de sa supersportive 1000, Suzuki renoue avecle pot d'échappement unique. Faut toujours regarder le pot, sur une GSX-R, c'est le plus sûr moyen de distinguer les sexes... pardon, les années et les versions. Ensuite les étriers de frein ont l'air plus luxueux et plus gros. Normal, ce sont des Brembo haut de gamme, monoblocs.

Mais bien sûr, la politique de la marque japonaise étant de conserver l'image de ses sportives au fil des ans, l'essentiel de la nouveauté est caché. Cette nouvelle GSX-R est plus légère, de 2 kilos, paraît-il, que le modèle actuel. Le nouvel échappement doit y être pour beaucoup. La machine est donc logiquement plus agile. Le confort de suspensions est amélioré, nous dit Suzuki, grâce à une fourche avant aux réglages différents. Et le moteur, s'il ne gagne ni en couple ni en chevaux (185)  maximaux, distillerait de plus franches accélérations à bas et mi-régimes. Déjà que cette moto figurait parmi les meilleures dans ce secteur... Suzuki a donc effectué une remise à niveau de sa sportive. Mais, tout comme Honda, elle n'est toujours pas dotée de contrôle de traction (ou antipatinage pour les moins branchés d'entre nous). Pas très utile ailleurs que sur la piste, d'accord, mais tout de même. Disponible dès le début de l'année prochaine. Et pour le prix, en francs suisses, faudra attendre encore un poil.

28/10/2011

Des nouveautés-tés-tés à Milan

C'est dans quelques jours, à Milan. C'est l'un des plus grands salons au monde consacré à l'univers des deux roues. Du 7 (en fait, du mardi 8 au dimanche 13, mais certains constructeurs trichent en organisant des conférences de presse déjà le lundi. Il s'appelle EICMA, édition 2011, et se tient dans le pôle fiéristique de Rho Pero, au bout de la ligne de métro rouge. Tout n'est pas encore connu, mais les exposants présenteront plein de nouveautés 2012. On vous donne une liste purement indicative, parce que les choses peuvent encore changer.

Honda: un nouveau maxi-trail façon BMW GS 1200, le Crosstourer, dont le prototype avait déjà été dévoilé l'an dernier au même salon. Un moteur V4 de VFR 1200, une position et un châssis de trail, avec un mini bec de canard façon Crossrunner. Et il y aura aussi trois nouveaux véhicules (un maxi-scooter genre TMax, un roadster et un trail) autour d'un tout nouveau moteur bicylindre de presque 700 centimètres cubes, très économe, semble-t-il assez sympa au niveau des sensations, et nanti d'une nouvelle version plus légère de l'embrayage double automatique utilisé par Honda sur le VFR 1200. Sans oublier une nouvelle Fireblade, revue dans son look, ses suspensions et son tableau de bord. Mais sans contrôle de traction.

Yamaha: un nouveau TMax, dont on ne sait pour l'instant pas grand-chose, sauf que son look a été revu pour plus d'agressivité. De nouveaux scooters à grandes roues, les Centrex, pour concurrencer les bestsellers Honda SH. Et, déjà annoncée et testée, la R1 avec contrôle de traction.

BMW: un tout nouveau maxiscooter avec moteur bicylindre, sur la base d'un concept présenté l'année dernière... à Milan. Une S 1000 RR améliorée dans son électronique et son agilité. Et peut-être autres chose. mais rien n'est moins sûr.

Harley-Davidson: rien de très neuf, sauf la Dyna Switchback, essayée récemment sur ce blog

Triumph: l'arrivée du maxi-trail (façon BMW, etc.), l'Explorer 1200, qui reprend le look de la Tiger 800 avec un tout nouveau moteur... et la Speed Triple version R

Suzuki: La V-Strom nouvelle étant déjà présentée, il y aura aussi un ajournement de la supersportive GSX-R 1000, plus légère, plus performante, etc. et avec un seul pot d'échappement. Mais sans contrôle de traction

Kawasaki: à part les deux ER-6 (n et f), revues de fond en comble et essayée récemment sur ce blog (la n), il y a aussi la nouvelle ZZR 1400, qui détiendrait un nouveau record d'accélération, et surtout un nouveau maxi-trail, la Versys 1000.

Ducati: la toute nouvelle supersportive, la Panigale 1199, toujours un bicylindre, mais plus compacte, agile et qui atteindrait des sommets de puissance et de couple, avec tout le package électronique Ducati (contrôle de traction) et l'ABS sportif. Et une "petite" Streefighter 848.

KTM: une version nouvelle de la Duke 600, peut-être... et une Duke 200, 250 ou 300... peut-être

Aprilia: très certainement la Tuono Factory, plus la version Aprilia du Gilera 800, avec une face avant typée RSV 4.

Piaggio: le Beverly 350 Sporttourer, le premier scooter avec contrôle de traction...

Moto Guzzi: la nouvelle California 1400

Peugeot: le nouveau tripode avec train avant inclinable, concurrent du Piaggio MP3...

Sym: un maxiscoot 600

Kymco: un nouveau roadster, le Wolf 125

 

Et on mettra le reste à jour quand on en saura plus!

12/10/2011

Kawasaki 2012, du record d'accélération à la moto pour tous

12MY_ZZR1400_BLK.jpgLa première salve de nouveautés est lancée chez les verts. Kawasaki a dévoilé l'évolution subie par trois de ses motos pour 2012. L'hypersportive ZZR 1400 continue sa course en avant vers plus de puissance, plus d'accélération, moins de poids, plus de contrôle... celle qui était déjà l'un des missiles les plus performants dans l'univers moto de série va atteindre les 200 chevaux (sans prendre en compte l'effet d'induction d'air, qui rajouterait 10 chevaux), tout en perdant quelques grammes. Son couple atteindrait déjà la bagatelle de 95 Nm à 2000 tours/minutes, pour grimper jusqu'à un sommet de 162 Nm à 7500 tours... Selon Kawasaki, elle offrirait tout simplement la plus grande capacité accélérative au niveau mondial pour une moto de série et de route. Pour une vitesse de pointe de 300 km/h.

Et surtout, elle se voit dotée, outre un ABS amélioré, de modes de gestion du moteur, normal ou plus soft, d'un limiteur de couple à l'embrayage et d'un système d'antipatinage paramétrable selon trois modes qui permettent plus ou moins de dérapages de la roue arrière. Au vu de la cavalerie disponible, ce ne sera sans doute pas un luxe. Prix encore inconnu. Elle sera peinte en noir (photo) ou vert et noir Kawa. Et aux States, elle devient la Ninja ZX-14R (avec un R final tout nouveau).

 

12ZX1400F_40AGRNDLB00D_C.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En parallèle, les deux modèles routiers de milieu de gamme, les ER-6n et ER-6f ont droit à une cure de jouvence: nouveaux carénages, pot d'échappement redessiné, suspensions affinées, cadre et bras oscillant construits différemment pour assurer plus d'agilité et un look plus original et soigné, selle améliorée, moteur revu pour plus de couple et de puissance à mi-régime... etc. Essai pour bientôt sur ce blog.12MY_ER-6n_static.jpg12ER650F_44SWHTFSAC00D_C.jpg

Avec en prime le détail du nouveau bras oscillant à l'arrière, avec ses deux tubes en acier et sa forme de quasi banane - ici sans les caches et sans la selle. L'amortisseur unique est toujours placé de côté, mais un peu moins visible. Et l'aspect général est plus ramassé, plus compact, plus dynamique.

30/09/2011

L'importateur suisse de Yamaha participera au prochain Swiss-Moto!

C'était un peu une anomalie. Depuis plusieurs années, le numéro un en Suisse dans le domaine des deux-roues, Yamaha, ne participait pas au salon de la moto et du scooter de Zurich, Swiss-Moto. Mais pour l'édition 2012 de ce salon, le plus grand au niveau national, les choses vont changer. Hostettler, l'importateur suisse de Yamaha, vient d'annoncer sa participation sur un stand, du 16 au 19 février prochain. Lors de l'édition 2011, la marque de vêtements moto IXS, également représentée par Hostettler, avait déjà fait ce pas. Pour 2012, il y aura aussi les autres sociétés qui composent le porte-feuille de marques de l'importateur Yamaha, à savoir Motochic et Pneu Services, sur des stands séparés. Et surtout, Hostettler renonce "provisoirement" (selon son communiqué) à tenir une expo dans son siège lucernois de Sursee le même mois que Swiss-Moto. On pourra donc admirer la nouvelle Yamaha R1 "traction control" dans la Messe (centre d'expos et de congrès) de Zurich en février prochain.

29/09/2011

Un gros trail Kawasaki dévoilé à Milan

Z1000SXverte.JPGLa source de cette information est sûre. Elle provient notamment d'un blog consacré à la Kawasaki Versys. Parmi les nouveautés 2012 que Kawasaki va dévoiler au prochain salon international du deux roues de Milan, l'EICMA, début novembre, il y aura une nouvelle ZZR 1400, une nouvelle ER-6 - mais aussi et surtout un nouveau trail de grosse cylindrée, dans le même ordre d'idée que la fameuse GS de BMW, que la Multistrada de Ducati ou que la future Crosstourer de Honda (aussi dévoilée cette année à l'EICMA après l'apparition d'un prototype l'an passé dans ce même salon). Chez Kawa, cette nouvelle moto va reprendre un moteur fort apprécié pour son couple et sa souplesse, celui de la Z 1000. Le même qui a déjà été mis à contribution pour créer la sport-touring Z 1000 SX (photo) avec son carénage, son autonomie, son look sportif et ses valises. On aura donc une espèce de Versys 1000 avec un moulin de 1050 centimètres cubes. Mais nous n'avons pas encore d'image, et Kawasaki observe à ce sujet la loi du silence absolu. Plus d'infos prochainement.

27/09/2011

L'importateur Piaggio et Aprilia baisse tous ses prix

FRV_2459.JPGSpectaculaire. Pour quatre des marques du groupe italien Piaggio, soit Vespa, Piaggio, Gilera et, dans une moindre mesure, Aprilia, la différence de prix en euros et en francs suisses incitait encore les acheteurs potentiels à aller se fournir à l'étranger. Plus maintenant. Ofrag, l'importateur helvétique de ces marques, a manifestement pu négocier une baisse de prix avec son fournisseur italien. Dès à présent, les modèles de ces quatre marques sont proposés chez nous avec des rabais pouvant aller jusqu'à 18%!!!

Une Vespa 300 Sport, par exemple (photo), coûte désormais 6545 francs, au lieu de 7695 francs. Et un MP3 Yourban s'arrache pour 8495 francs, soit une baisse de 1500 francs.Chez Aprilia, on note que la toute nouvelle Tuono APRC a droit à un rabais conséquent: 16490 francs, moins 2500 francs!!! Le scooter Scarabeo 300, lui, ne vaut plus que 6295 francs, soit moins 15%. Et chez Gilera, le Nexus 500, vaisseau amiral, est "offert" à8495 francs au lieu de 9995 francs.

Impressionnant. Par contre, une Yamaha R1 vaut toujours 21980 francs (modèle 2011) et on imagine que le modèle 2012 ne sera pas meilleur marché.

 

26/09/2011

Après la "petite" superbike Ducati, le "petit" Streetfighter

SF848_02_B.JPGChez Ducati, le jaune est traditionnellement réservé à des modèles de "petite" cylindrée. Cela fait d'ailleurs un bon moment qu'on ne l'avait plus vu sur une moto de la marque italienne. Il revient sur l'une des deux grandes nouveautés Ducati 2012, le Streetfighter 848. Le concept est le même que pour le grand frère 1098: le point de départ est une superbike, dont on annule le carénage et dont on revoit la géométrie et, un peu, le comportement moteur ainsi que l'étagement des vitesses. La Streetfighter 1098 demeure un outil très performant, un rien exclusif, assez cher et à l'ergonomie tout de même radicale. Avec le 848, la base de départ est la sportive 848, avec son moulin bicylindre refroidi par liquide et ses près de 140 chevaux, soit la superbike de plus petite cylindrée (plus de 800 centimètres cubes tout de même). Une sorte d'alternative plus high tech au Monster 1100 EVO, dont le moteur est toujours refroidi par air. Et ce roadster reçoit de série l'antipatinage Ducati, le même que celui de la Monster. On peut aussi avoir l'ABS. Comme sur la Monster. Un effort semble avoir été fait pour contenir le prix, qu'on ne connaît toujours pas officiellement. De source sûre, il sera de 15990 francs. A mi-chemin entre une Street Triple R et une Speed Triple.