05/01/2011

2010 morose pour les marques asiatiques

Nov10_Kategorien.jpgElles sont là, les statistiques des nouvelles immatriculations de deux roues en Suisse, pour 2010. De janvier à novembre, et la comparaison avec l'année 2009, pour les mêmes mois, bien entendu. Et ça n'est pas brillant.  Là, c'est en allemand, et ça vient du site motosuisse, mais les chiffres se jouent des langues. 40805 nouvelles immatriculations en 2010, contre 42669 en 2009. Ce n'est pas le mois de décembre, faible en général, qui peut inverser la tendance, -4,37%. Et la Suisse n'est pas la plus mal lottie, en Italie (-24,2%), c'est bien pire. Il est vrai que, dans ce dernier pays, l'Etat avait offert en 2009 des incitations financières à acheter des véhicules neufs, incitations qui ont pour ainsi dire disparu en 2010.

L'Helvétie est plus tranquille. Mais il y a toujours des constructeurs qui voient leurs chiffres dégringoler: les 4 japonais, en particulier. Yamaha est toujours numéro un devant Honda, mais n'a connu que 7059 immatriculations (total motos plus scooters), contre 8192 en 2009. Un recul de 13,83%! les prix y sont sans doute pour quelque chose. Si l'on ne comptabilise que les motos de cette marque, la baisse est même de 18%.

Suzuki, huitième devant Kawasaki, s'en sort encore plus mal, 2097 deux roues neufs immatriculés en 2010, contre 2464 en 2009, soit -14,89%. Le manque de nouveautés et la gestion très tendue des stocks ont fait des dégâts, malgré le toujours très bon rapport qualité-prix. Et chez les verts (Kawasaki), 2010 n'a pas non plus été faste: 1905 motos, -12,65%. Les nouveautés 2011 devraient faire remonter la cote. Honda limite la casse à -9%, notamment grâce au très bon score du scooter PCX 125.

Les deux grandes marques taïwanaises Sym et Kymco ne font pas beaucoup mieux, même si elles restent bien présentes au sommet de la hiérarchie. Sym réalise 2161 immatriculations en 2010, une baisse de 10,89%, et Kymco, avec 1293 immatriculations en 2010, descend de 13,91%.

USA et Europe s'en tirent beaucoup mieux. Harley Davidson, malgré la mauvaise passe financière de la maison mère, surfe toujours sur la vague de la tradition et se classe deuxième dans la catégorie motos, devant Honda, avec 2792 unités (plus 8,34%)! BMW oublie ses difficultés récentes et bondit de 14,65% en écoulant 2356 motos en 2010. Peugeot progresse de 7,71%, avec 1188 unités  l'an dernier. Piaggio et Vespa également (plus 5,57%, respectivement plus 4,06%). Aprilia progresse également, de 7,76%, avec 1258 unités. La croissance de cette marque est même de plus de 20% si l'on ne prend en compte que les motos! Ducati grimpe de 8%, avec 967 motos immatriculées, et KTM de 1,49% avec 886 bécanes. Seul Triumph baisse un peu, de 4,06% (1198 motos en 2010). Mais cette marque a connu une croissance spectaculaire ces cinq dernières années - et 2011 apporte son lot de nouvelles anglaises.

31/10/2010

Kawasaki Z 1000 SX: une routière pour ceux qui aiment les hypersportives

CX5C4985.JPGElle a des valises latérales en option, un pare-brise réglable et elle pèse à peu près 231 kilos avec l'ABS (antiblocage lors du freinage). Mais quand on la parque pour aller boire un Pepsi juste avant l'entrée d'autoroute, le long d'une rangée de magasins d'alimentation quelque part au sud de l'Espagne, il ne faut que deux minutes avant que l'heureux possesseur d'une moto sportive (et même hypersportive) ne vienne la dévorer des yeux. Chapeau bas à Kawasaki: le coup de crayon des designers est pile dans la cible. Le constructeur japonais a convoqué une belle brochette de journalistes de toute l'Europe à venir essayer son nouveau modèle, la Z 1000 SX. Le test a lieu en Andalousie, près de Malaga: petites ou grandes routes de montagne, avec ou sans un revêtement lisse pour la chaussée, autoroute, un peu de ville... comme d'habitude.

Cette Z 1000 SX tire son origine... de la Z 1000. On le comprend en lisant le nom. Mais pas en regardant la bête. Ou alors seulement de très près. Le moteur est identique: c'est le même gros engin de 1043 centimètres cubes que sur le gros roadster, avec la même propension a accélérer un peu partout dans la plage de régimes. Il n'y a que lorsque l'on passe de la cinquième à la sixième vitesse que c'est un peu plus calme. Les ingénieurs ont modifié ce point de détail, et quelques autres, pour assurer des petits plus lors de longs voyages, notamment sur l'autoroute. Le régime de rotation du moteur est alors moins élevé, ce qui stresse moins le moteur, produit moins de vibrations, et économise un peu de carburant.


 

Lire la suite

13/10/2010

La moisson d'automne des nouveautés moto et scooter à Cologne

125-duke-72.jpgIntermot, à Cologne, c'est traditionnellement le premier des deux salons internationaux où l'on apprend chaque année ce que les constructeurs de motos et de scooters vont amener sur le marché l'année qui suit. L'édition 2010 vient de se terminer, et elle apporte une belle moisson de nouveaux modèles. Dans le désordre, on note une KTM routière et urbaine de petite cylindrée, la Duke 125 (photo), qui cible les nouveaux permis amateurs d'esthétique forte et de suspensions performantes. La puissance maximale se situe à la limite de ce que permet légalement ce genre de permis. Le look fait un gros clin d'oeil à la grande soeur Duke 690. Le défi industriel est de taille, puisqu'il s'agit d'une bécane produite en très grande série avec des marges faibles, produite d'ailleurs en Inde par le nouveau partenaire de KTM, le géant Bajaj.

 

 

A l'extrême inverse, Inertmot a dévoilé les deux nouveaux vaisseaux amiraux de BMW, la K1600 GT et la K1600 GTL.BMWK1600GTL.jpg Rien de moins qu'un méga-moteur de six cylindres en ligne (face à la route) cubant la bagatelle de 1649 centimètres cubes et offrant des valeurs de puissance (160 chevaux!) et de couple monumentales. Tout cela dans un gabarit relativement compact pour une pareille cylindrée. C'est plus petit qu'une Goldwing, par exemple. Et c'est bourré (en standard ou en option) de technologie, connue chez BMW comme l'antipatinage, l'ABS, le contrôle électronique de la pression des pneus, celui des suspensions, tout aussi électronique, la selle et les poignées chauffantes... ou carrément nouvelles: l'écran tactile comme tableau de bord, ou, comme dans le monde automobile, les phares mobiles dont le faisceau lumineux suit la courbure de la route! La GT est plus "dénudée", un poil plus sportive dans sa position de conduite, la GTL est plus luxueuse et plus relaxée. Reste le prix, pas encore connu pour la Suisse, mais qui devrait atteindre des sommets.

Et entre ces deux pôles, il y en a pour tout le monde.

ZX10R2011.jpg

 

 

Kawasaki remet à niveau son hypersportive, la ZX-10R. Elle dépasse désormais les 200 chevaux au vilebrequin, tout comme la référence actuelle de ce segment, la BMW S1000RR. Et tout comme la BMW, elle arrive avec (en option) une foultitude d'aides éelctroniques au pilotage: antipatinage, modes de conduite avec courbes de puissance et de couple paramétrables, ABS sportif... Elle gagne aussi 10 kilos par rapport au modèle 2010.

 

 

 

Dans la catégorie des gros roadsters, on citera encore la Speed Triple (Triumph) 2011Speed Triple Crystal White.jpg

Les performances s'accroissent (nouveau cadre, moteur amélioré) et surtout dont le look change de manière importante. Les deux phares avant ronds, chers à l'image de marque de cette moto depuis 1997, ont laissé la place à (toujours) deux optiques genre yeux d'insecte, biseautés et minimalistes. Certains puristes vont détester. D'autres vont adorer.

25/08/2010

La Z redonne du muscle (beaucoup) à Kawasaki

MOTO_07_KAWASAKI_Z_1000.JPGC'est un peu entre le pitbull et le rhinocéros. Sans les cornes, bien sûr. Nouvelle année, nouvelle version pour la Z 1000. Une Kawasaki qui fait appel à l'instinct d'accélération de tou tmotard qui se respecte. La version originale (ou presque) avait déboulé en 2003. Enfin plutôt 2004, chez les concessionnaires. Elle a surpris pas mal de monde avec sa gueule très originale, son châssis pointu, son ergonomie bien pensée (sauf pour les vibrations) et son moteur qui ne demandait qu'à hurler (haut dans les tours, en bas c'était plutôt soft)... Z1000.jpg Mais dans l'ensemble c'était diablement réussi, qu'on aime ou pas ce style Manga très affirmé. Un premier galop d'essai pour le nouveau chef du design importé de chez Toyota, et à qui on on devra par la suite la Z 750 et l'ER-6n.

 

 

 

Malheureusement, chez Kawa, on a voulu la faire évoluer, en 2007. On s'est retrouvé avec une machine plus lourde, au moteur certes moins pointu, mais au châssis pas loin du lourdingue, aux suspensions pas super bien équilibrées... et à l'esthétique un peu globuleuse. D'ailleurs jugez par vous-même. Z10002007.jpg

Tout ça est désormais du passé, puisque la firme d'Akashi a livré pour 2010 une toute nouvelle Z de grosse cylindrée, avec un moteur neuf qui cube 1043 centimètres cubes (les Z précédentes étaient des "petites" 1000), en perdant la bagatelle de 10 kilos sur la balance, et en revenant à un look cohérent bien que radical.

 

 

Et ça donne la première des trois photos, prises sur la route vaudoise de la petite corniche entre Lutry et Grandvaux.

Lire la suite

18:32 Publié dans Tests | Tags : kawasaki, z 1000, 2010, test, moto | Lien permanent | Commentaires (0)

23/07/2010

Les motos 800 cc (750, 675, 796...) reviennent! Et la dernière est anglaise

On ne voit pas beaucoup de détails sur cette vidéo. C'est ce qu'on appelle un teaser, en bon français. Ou comment on organise la fuite des informations au compte pour entretenir le suspens et donc l'intérêt. Ce qui est sûr, c'est que les Britanniques de chez Triumph nous préparent une nouvelle moto qui pourrait être présentée au salon international moto et scooter de Milan cet automne. Nouvelle moto en deux versions: une routière, et une tout-terrain. Un peu comme BMW. Mais pas forcément une 1000 centimètres cubes, plutôt une 800, au moteur dérivé de celui de la Daytona 675 et de la Street Triple, juste un peu plus costaud.

Lire la suite

16/02/2010

Une supermotard pour (petits) débutants chez Kawa

D-Tracker 125 10MY Location Action Black 6.jpgElle s'appelle D-Tracker et tire son nom d'une variante plus puissante disponible au Japon depuis plusieurs années. Le constructeur nippon Kawasaki revient en Suisse sur le marché des 125 centimètres cubes avec une supermotard à prix raisonnable.

Le D-Tracker n'est pas très puissant - il atteint un maximum de 11 chevaux - mais il possède un bon couple immédiatement disponible. Quand vous tournez la poignée des gaz, le moteur tracte bien dès 3000 à 4000 tours par minute. Après, l'allonge n'est pas son fort. L'autoroute n'est à envisager que sur un contournement de ville, et on y arrive à grand peine à 100 km/h.

Cet engin basique possède un moteur basique, refroidi par air, qui consomme très peu d'essence et demande peu d'entretien. La moto ne coûte que 5190 francs (la rivale Suzuki descend jusqu'à 4860 francs). Elle se déplace sur de petites roues (c'est le moins qu'on puisse dire), de 14 pouces. Elle est aussi très légère: 114 kilos avec les pleins! Et c'est l'une des plus basses de sa catégorie, avec une selle "haute" de 806 mm.

Lire la suite

18:05 Publié dans Tests | Tags : kawasaki, d-tracker, 125 | Lien permanent | Commentaires (0)

24/01/2010

La Versys, moto pour tous, se refait une beauté

_45C5039.JPGSon look semble avoir découragé un certain nombre d'acheteurs potentiels. Kawasaki a relativement bien vendu la Versys l'année de son introduction sur le marché suisse, en 2007. Presque 200 unités, un peu derrière le début de gamme ER-6n, moto fun et pas chère par excellence, mais au design un poil plus consensuel. Et puis les chiffres de vente de la Versys n'ont cessé de décliner, pour atteindre un peu plus de 80 unités l'an dernier. Un phénomène observé partout en Europe. Kawasaki a réagi et a retravaillé l'esthétique de cette moto de moyenne cylindrée conçue comme une bécane polyvalente mais abordable (11990 francs avec l'ABS).

Le résultat est là, dès la mi février. On a pu l'essayer un peu en avance sur les petites routes de Sardaigne. En deux phrases: le moteur est toujours aussi jouissif, malgré une puissance maximale pas énorme. Et les aspects pratiques et de confort ont eu droit à plusieurs améliorations. Quant au look... c'est subjectif (on en est déjà à quatre phrases, mais tant pis), mais ce qui est sûr, c'est que ça heurtera moins de personnes. L'ancien modèle avait un avant avec un phare façon tête de mort, ou ampoule électrique à l'ancienne.

La Versys est un croisement entre une bécane supermotard, une moto pour débutants ou motards se remettant en selle après une longue absence, et un véhicule pour faire du tourisme. L'idéal, c'est bien sûr les routes bourrées de virages. Les suspensions à long débattement sont réglables à l'avant comme à l'arrière. Elles permettent de bien absorber les bosses et trous en tous genres. Pour 2010, Kawasaki n'a pas touché au moteur. Il totalise une bonne soixantaine de chevaux, mais offre un très bon couple à bas et moyen régime. Un peu comme une Harley, en miniature. En dessous de 2000 tours par minute, ça cogne et ça vibrote. Mais l'embrayage est souple, et on ne cale en principe pas, ce qui rend les trajets en ville tout à fait acceptables. Surtout que le rayon de braquage est très contenu et que l'engin est très agile grâce à son poids raisonnable et à une répartition des masses bien conçue. Le pot d'échappement, quasi invisible, se trouve sous le moteur et n'es tpas pour rien dans cette répartition équilibrée. En contrepartie, il n'y a pas de béquille centrale, parce que pas de place.

_45C5974.JPGEntre 3000 et 6000 tours, la Versys est comme un grand élastique vrombissant que l'on catapulte d'un virage à l'autre. On peut même aller titiller la zone rouge dans les hauts régimes, où le bruit se fait presque rageur. Rien à redire à ça, c'est parfait. Même sous la pluie battant une route de montagne. Il faut dire que le bitume est lui aussi parfait en Sardaigne et que les pneus choisis pour la Versys privilégient le côté sportif. Enfin l'ABS, de série en Suisse, est largement sécurisant quand on augmente le tempo.

Kawasaki n'a pas touché non plus aux suspensions. Ils ont rajouté des cales en caoutchouc pour atténuer les vibrations du moteur, un bicylindre parallèle. C'est plus ou moins réussi selon les essayeurs. Mais pas dérangeant du tout. Le confort et la sécurité ont fait un pas de plus: le pare-brise est un peu plus haut, les rétros montrent plus de paysage, les clignotants sont plus visibles, la selle est mieux dessinée et le passager est mieux accueilli. La selle reste un peu haute pour certains.

Mais le gros changement, c'est le look. Une foultitude de détails ont été retravaillés. C'est moins rond, en général, plus incisif. L'avant est aussi plus consensuel.

 

Enfin la liste des accessoires grossit: valises latérales avec poignées passager ou - il faut choisir - top case avec poignées passager, bulle encore plus protectrice, selle plus basse (mais moins confortable) ou plus haute, champignons protège-carters en cas de chute, protège-mains au guidon, poignées chauffantes, prise 12 Volt, plaque pour pose de GPS, sacoche de réservoir avec revêtement anti-rayures... on voit qu'on a fait un effort pour attirer la clientèle touring. La protection n'est bien sûr pas au niveau d'une GT, mais c'est déjà pas mal quand on équipe la moto. Et pour un prix abordable, tout en gardant une bonne maniabilité aussi à l'arrêt.

Elle est certainement plus joueuse qu'une Suzuki V-Strom, et plus sportive qu'une Honda Transalp - plus chère mais par contre un poil plus à l'aise dans le hors piste. La BMW F650 GS reste sa seule concurrente sérieuse, mais elle est plus chère, de près de 1000 francs. Reste que la béquille centrale va manquer aux paresseux voulant graisser leur chaîne. Faudra acheter les béquilles de stand.

 

Jérôme Ducret/photos Kawasaki

21:28 Publié dans Tests | Tags : kawasaki, versys | Lien permanent | Commentaires (3)

26/11/2009

Nouvelles Kawa et motos anciennes

w428h321_00000340E0C65AA5.jpgKawasaki Suisse présentera ses nouveaux modèles ce week-end dans ses nouveaux locaux d'Härkingen. L'occasion de  voir "en vrai" les 1400GTR, Ninja ZX-10R et Versys reliftées, la D-Tracker, mais surtout la sublime nouvelle Z1000. A noter que l'importateur possède également une collection de motos anciennes, comportant plus de cent modèles. De quoi sauter dans sa voiture et s'infliger une bonne heure d'autoroute...

A voir samedi 28.11 de 9h à 16h et dimanche 29.11 de 10h à 16h. Voir aussi www.kawasaki.ch

09:23 Publié dans news | Tags : kawasaki, z1000 | Lien permanent | Commentaires (0)

23/11/2009

Yamaha va faire concurrence à la Kawa Z 750

FZ8_Detail_Headlight.jpgOn sait peu de chose de cette nouvelle moto. Mais le magazine italien Motociclismo la présente comme la Yamaha FZ8. Autrement dit, une naked (sans carénage pour ceux qui ne lisent pas Byron ou Rossi dans le texte) inspirée de la FZ1 avec son gros moteur quatre cylindres nerveux et puissant. Une FZ8 qui remplacerait dès le printemps prochain l'actuelle FZ6 inspirée elle de la supersportive R6 (vous suivez toujours), mais qui pourrait faire double emploi avec la petite dernière XJ6. Et puis, une 800, c'est proche de la cylindrée utilisée en Moto GP. Et puis surtout, c'est pile dans la bande de puissance et de couple - et de frime - apte à concurrencer sérieusement l'un des best sellers de Kawasaki, la Z 750. Cette dernière a eu droit à un petit coup de jeune en 2008, mais elle roule toujours avec un moteur de conception un peu vieillissante. Cela ne l'empêche pas pour l'instant d'être par exemple la grosse cylindrée (plus de 125 cm cubes) la plus vendue en France. Il faudra voir ce que Yamaha pourra proposer comme tarifs...

22:52 Publié dans news | Tags : yamaha, kawasaki, z 750, fz8 | Lien permanent | Commentaires (0)

13/11/2009

En période de crise les Japonais se font discrets

Est-ce de la prudence ou le besoin d’écouler les stocks ? Les nouveautés nipponnes se comptent cette année sur les doigts d’une demi-main. De la foule de communiqués annonçant telle ou telle retouches ou nouveau coloris, n’émergent en fait que deux motos : la Honda VFR 1200 et la Kawasaki Z 1000.

Lire la suite

06/10/2009

LA nouveauté Kawasaki pour 2010!

101000.jpg

Cette fois c'est officiel. On sait à quoi va ressembler la nouvelle Z 1000. Kawasaki vient de publier des images d'une version complètement redessinée de son gros roadster. Et techniquement l'engin a été drastiquement amaigri, tout en recevant un nouveau moteur plus puissant. On ne sait pas encore si le prix restera le même (un peu plus de 15000 francs), ni quand exactement la Z 1000 arrivera chez les concessionnaires.

Lire la suite

14:06 Publié dans news | Tags : kawasaki, nouveauté | Lien permanent | Commentaires (1)

17/04/2009

Les 250 cm3 débarquent en Suisse

Honda va distribuer en Suisse sa VTR 250, qui est déjà disponible en Asie. Kawasaki et Yamaha occupent déjà une partie de ce secteur de marché prometteur.

MVTR_2009SRA.jpgUne petite moto pas très chère, pas très puissante non plus mais juste assez pour avoir du plaisir en la pilotant. C’est en gros la description que l’on peut faire de trois modèles dont les moteurs cubent chacun 250 centimètres, désormais disponibles en Europe et en Suisse. Honda est le dernier arrivé, après Kawasaki, et après Yamaha. Dernier arrivé, mais pas des moindres, puisque le premier constructeur mondial de deux-roues lance sur le marché suisse la VTR250 modèle 2009.
Cette petite machine présente un poids plume de 161 kilos avec tous les pleins faits, et elle reprend pour moins cher (6790 francs) presque tout ce qui a fait le succès mondial des Ducati Monster 620 centimètres cubes d’entrée de gamme: véhicule sans carénage, position droite, selle basse, légèreté et maniabilité, et en même temps stabilité grâce à un cadre dit «en treillis», bon freinage, bonnes accélérations (mais puissance modeste) dues au moteur bicylindre en V (ou en L, selon l’angle de vue). Et bien sûr un look original et valorisant.
La VTR existe depuis de nombreuses années au Japon et en Asie. Mais jusqu’ici, Honda avait choisi de ne pas diffuser ses modèles quart de litre en Europe. La perte de pouvoir d’achat, la faiblesse actuelle du yen et les difficultés financières des marques japonaises ont dû le convaincre d’occuper aussi ce segment. Surtout que ses deux concurrents directs que sont Yamaha et Kawasaki ont déjà fait le pas.
Le premier depuis cette année avec lui aussi une moto naked, la YBR250 - mais propulsée par un moteur monocylindre offrant un peu moins de performances, et un frein arrière à tambour, donc moins convaincant que le frein à disque de la Honda. Le prix est presque identique (6900 francs).
Et Kawasaki les a devancés d’une bonne année avec son Ninja250R, dont le prix vient d’augmenter d’environ 200 francs pour atteindre 6990 francs. Il s’agit là d’une vraie petite sportive avec moteur bicylindre, la plus puissante des trois - mais qu’il faut cravacher haut dans les tours pour obtenir des sensations. Et c’est aussi la seule à proposer la protection et l’aérodynamisme d’un carénage intégral.
Ces trois machines doivent permettre au motard ou à la motarde lambda de se faire plaisir sans mettre en danger son permis de conduire pour cause d’excès de vitesse. Elles ont toutes trois des selles basses et devraient s’avérer économes aussi à l’usage. Enfin elles sont accessibles aux non-détenteurs de permis de grosse moto, sans qu’il soit besoin de mettre en place un kit limitant la puissance. Les meilleures ventes moto en Suisse sont les tout gros cubes (à partir de 750 centimètres cubes)… ou les modèles en dessous de 125 centimètres cubes, mais présentant un look de vraie moto (par exemple, les Yamaha TZ). Les 250 à la plastique soignée ont donc probablement un bel avenir grâce au compromis prix-puissance qu’elles offrent.

Jérôme Ducret

14:47 Publié dans news | Tags : 250 cm3, honda, yamaha, kawasaki | Lien permanent | Commentaires (4)

Kawasaki ER-6f, un «Ninja» sympa et accessible

Edition 2009 mûrie et visuellement affûtée pour ce bicylindre caréné de moyenne cylindrée. La version naked, bon marché et fun, a aussi droit à un lifting.

KAWASAKI_ER6F_01.jpgla selle est plus fine. Le moteur est disponible sans à-coups ni paresse aussi à bas régime. On sent un peu moins de vibrations dans les pieds, les mains et le postérieur. Et l’ABS est là en série, pour 11 000 francs. Mais le grand changement est surtout visuel. Chez Kawasaki, l’ER-6f avait un look vieillot, tout en hauteur, avec un avant façon scooter Peugeot des années passées. Mais désormais, cette moto de moyenne cylindrée se rapproche par son look de ses grandes sœurs hypersportives, celles qui répondent au nom de baptême Ninja (soit les ZX-6R et ZX-10R).
On retrouve dans cette ER-6 tout ce qui a fait le succès de sa contrepartie sans carénage, l’ER-6n: moto joueuse, agile, légère et pas chère, dotée d’une bonne autonomie, avec quelques petits détails pratiques bienvenus, comme des poignées pour le passager ou des crochets sous la selle pour les bagages. Et le look est plaisant, cette fois. En ville, on est très vite à l’aise, grâce notamment à la finesse de la bécane. Le moteur est suffisamment souple et le châssis suffisamment léger pour tracter en continu sans devoir poser le pied trop souvent. la position du guidon est confortable. L’ergonomie n’atteint cependant pas des sommets et n’est pas comparable à une Honda, par exemple. On note par exemple que le couple selle-amortisseur arrière peut se montrer un rien brusque pour le confort quand on passe sur une concentration de nids-de-poule. Il faut aussi déplorer l’inutilité des rétroviseurs, dont l’apparence est mieux étudiée que la visibilité.
Quand on roule pour de bon, c’est le plaisir garanti, surtout lorsque les virages s’enchaînent. Mais c’est moins brillant sur les longs rubans venteux de l’autoroute. La finesse du carénage et le petit saute-vent à l’avant ne sont pas des panacées. Enfin le pot d’échappement, habilement dissimulé sous la partie arrière du moteur, fait parfois remonter des bouffées de chaleur un peu désagréables. Pas de quoi s’énerver au vu du tarif bien placé.

Jérôme Ducret

11:56 Publié dans Tests | Tags : kawasaki, er-6f, ninja, tests | Lien permanent | Commentaires (0)