01/12/2011

Superbike: Ducati, presque malgré eux

La compétition est faite d'imprévus. En la matière, on peut dire que Ducati a fait fort en 2011. Rappelez-vous: ayant enfin réussi à s'adjoindre les services de la star Valentino Rossi, Ducati Corse indiquait dans la foulée mettre la pédale douce en Superbike où le titre venait de filer du côté d'Aprilia. En gros, plus de développement pour la 1198, désormais proposée à des teams privés. Alors que l'essentiel du budget compétition filait du côté du MotoGP.

Oui, mais voilà. En piste, rien ne s'est passé comme prévu. Diminué avant même le début de la saison, Vale a été à la ramasse de bout en bout, ne parvenant jamais à trouver le mode d'emploi du fougueux bolide rouge. De multiples changements de cadres et de cartographie n'y changeront rien, alors que le multiple champion italien fut même à plusieurs reprises derrière son coéquipier Nicky Hayden. En Superbike, tout le contraire, où le quadra Checa a réalisé la plus belle saison de sa carrière, au nez et à la barbe d'un Biaggi nettement moins à son affaire qu'en 2010, des Yamaha officielles (c'est fini pour 2012) pourtant très compétitives et de nouveaux venus comme BMW aux grandes ambitions.

Un retournement de situation que Ducati a visiblement mis du temps à digérer. Puisqu'il s'en est fallu d'un pneu que, devant l'absence de soutien conséquent, le nouveau champion du monde a failli tourner ses bottes en direction du constructeur bavarois, à la recherche d'une recrue de choc aux côtés du jeune et talentueux Léon Haslam (le fils de Roy). Et c'est n'est qu'au dernier moment que Ducati et le team de Checa ont fini par annoncer la signature d'un accord pour la saison prochaine. Ouf.

 

Unknown.jpeg

28/11/2011

MotoGP: RdP se case, Honda menace

Sur le départ chez Ducati, le pilote français Randy de Puniet a quand même trouvé un guidon pour 2012: il s'alignera au guidon d'une Aprilia préparée par l'écurie espagnole Aspar (elle-même ex Ducati), mais dans la nouvelle catégorie baptisée CRT pour "Claiming Rule Team". Soit des équipes qui pourront utiliser douze moteurs par pilote et par saison, au lieu des six au programme pour les teams "normaux". Si on peut se féliciter que RdP ne doive pas rester à la maison, on peut regretter ce "second choix": l'apparition des CRT est considérée par beaucoup de patrons de teams comme une catégorie au rabais, sans réel intérêt technique. Le numéro 2 du service de course Honda a même récemment déclaré que la marque ailée (championne du monde 2011, faut-il le rappeler) quitterait le MotoGP si les futurs règlements de la Dorna minimisaient l'aspect développement.

Evidemment, le retrait d'Honda serait une catastrophe pour la catérogie reine. Nous n'en sommes heureusement pas là, et pour l'heure c'est Suzuki qui confirme son retrait. Officiellement en raison de la crise. Officieusement, les piètres résultats n'ont pas dû rendre la décision trop difficile à prendre. Pas de retour prévu, si retour il y a, avant 2014. Alvaro Bautista s'en va donc chez Honda Gresini, en remplacement du malheureux Marco Simoncelli. La grille de l'année prochaine risque donc de ne pas être beaucoup plus fournie que cette saison, puisque seuls Honda, Yamaha et Ducati aligneront des machines officielles.

images.jpeg