22/04/2009

BMW a besoin de vos idées

Certains diraient que c'est la preuve qu'ils ne savent plus très bien où ils vont. On peut voir aussi cela comme une marque d'intelligence, comme le fait de reconnaître qu'on ne peut pas imposer n'importe quelle idée aux clients... toujours est-il qu'à l'aube de se lancer dans l'étude d'un futur maxi-scooter, la firme bavaroise BMW fait appel à la créativité des internautes en lançant le BMW Motorrad Innovation Concept. L'idée est simple: décrire en quelques lignes la moto du futur (ou plus généralement le deux-roues du futur). Le meilleur concept se verra attribuer un prix de 3000 francs. Il faut que ça soit réaliste, innovateur, original... et ainsi de suite. Voici le site https://www.atizo.com/projects/ideaproject/24/detail/

 

à vos claviers!

18:23 Publié dans news | Tags : bmw, scooters, motos, futur | Lien permanent | Commentaires (1)

21/04/2009

Les apprentis mécanos reçoivent un moteur de scooter

PiaggiomoteurYverdon.JPG

Ils pourront se faire la main sur ce petit moteur moderne, dès leur troisième année de cours. La maison Ofrag, qui représente la marque Piaggio en Suisse, a offert un moteur de Piaggio Liberty 50 au centre de fromation professionnelle UR2PR d'Yverdon-les-Bains.

C'est là que les futurs mécanos moto ou scooter des cantons de Vaud, Fribourg, Neuchâtel, Jura et Valais font leur gammes. Et d'habitude ils ont droit à des vieilleries deux-temps. Ce cadeau fonctionne selon le cycle de combustion à quatre temps. Sur la photo, à droite, Philippe Turin, du centre de formation, montre qu'il est bien content. Notez bien que, techniquement, on pourrait affirmer sans sourciller qu'un moteur quatre temps, même moderne, est moins complexe qu'un homologue deux temps. Il y en a qui prédisent déjà le retour de ce dernier, à cause des gains considérables d'efficacité qu'il présente. la division recherche de la firme Lotus planche d'ailleurs depuis plusieurs années sur un engin du genre pour le marché automobile.

16:23 Publié dans news | Tags : piaggio, moteur, formation | Lien permanent | Commentaires (0)

17/04/2009

Les 250 cm3 débarquent en Suisse

Honda va distribuer en Suisse sa VTR 250, qui est déjà disponible en Asie. Kawasaki et Yamaha occupent déjà une partie de ce secteur de marché prometteur.

MVTR_2009SRA.jpgUne petite moto pas très chère, pas très puissante non plus mais juste assez pour avoir du plaisir en la pilotant. C’est en gros la description que l’on peut faire de trois modèles dont les moteurs cubent chacun 250 centimètres, désormais disponibles en Europe et en Suisse. Honda est le dernier arrivé, après Kawasaki, et après Yamaha. Dernier arrivé, mais pas des moindres, puisque le premier constructeur mondial de deux-roues lance sur le marché suisse la VTR250 modèle 2009.
Cette petite machine présente un poids plume de 161 kilos avec tous les pleins faits, et elle reprend pour moins cher (6790 francs) presque tout ce qui a fait le succès mondial des Ducati Monster 620 centimètres cubes d’entrée de gamme: véhicule sans carénage, position droite, selle basse, légèreté et maniabilité, et en même temps stabilité grâce à un cadre dit «en treillis», bon freinage, bonnes accélérations (mais puissance modeste) dues au moteur bicylindre en V (ou en L, selon l’angle de vue). Et bien sûr un look original et valorisant.
La VTR existe depuis de nombreuses années au Japon et en Asie. Mais jusqu’ici, Honda avait choisi de ne pas diffuser ses modèles quart de litre en Europe. La perte de pouvoir d’achat, la faiblesse actuelle du yen et les difficultés financières des marques japonaises ont dû le convaincre d’occuper aussi ce segment. Surtout que ses deux concurrents directs que sont Yamaha et Kawasaki ont déjà fait le pas.
Le premier depuis cette année avec lui aussi une moto naked, la YBR250 - mais propulsée par un moteur monocylindre offrant un peu moins de performances, et un frein arrière à tambour, donc moins convaincant que le frein à disque de la Honda. Le prix est presque identique (6900 francs).
Et Kawasaki les a devancés d’une bonne année avec son Ninja250R, dont le prix vient d’augmenter d’environ 200 francs pour atteindre 6990 francs. Il s’agit là d’une vraie petite sportive avec moteur bicylindre, la plus puissante des trois - mais qu’il faut cravacher haut dans les tours pour obtenir des sensations. Et c’est aussi la seule à proposer la protection et l’aérodynamisme d’un carénage intégral.
Ces trois machines doivent permettre au motard ou à la motarde lambda de se faire plaisir sans mettre en danger son permis de conduire pour cause d’excès de vitesse. Elles ont toutes trois des selles basses et devraient s’avérer économes aussi à l’usage. Enfin elles sont accessibles aux non-détenteurs de permis de grosse moto, sans qu’il soit besoin de mettre en place un kit limitant la puissance. Les meilleures ventes moto en Suisse sont les tout gros cubes (à partir de 750 centimètres cubes)… ou les modèles en dessous de 125 centimètres cubes, mais présentant un look de vraie moto (par exemple, les Yamaha TZ). Les 250 à la plastique soignée ont donc probablement un bel avenir grâce au compromis prix-puissance qu’elles offrent.

Jérôme Ducret

14:47 Publié dans news | Tags : 250 cm3, honda, yamaha, kawasaki | Lien permanent | Commentaires (4)

Kawasaki ER-6f, un «Ninja» sympa et accessible

Edition 2009 mûrie et visuellement affûtée pour ce bicylindre caréné de moyenne cylindrée. La version naked, bon marché et fun, a aussi droit à un lifting.

KAWASAKI_ER6F_01.jpgla selle est plus fine. Le moteur est disponible sans à-coups ni paresse aussi à bas régime. On sent un peu moins de vibrations dans les pieds, les mains et le postérieur. Et l’ABS est là en série, pour 11 000 francs. Mais le grand changement est surtout visuel. Chez Kawasaki, l’ER-6f avait un look vieillot, tout en hauteur, avec un avant façon scooter Peugeot des années passées. Mais désormais, cette moto de moyenne cylindrée se rapproche par son look de ses grandes sœurs hypersportives, celles qui répondent au nom de baptême Ninja (soit les ZX-6R et ZX-10R).
On retrouve dans cette ER-6 tout ce qui a fait le succès de sa contrepartie sans carénage, l’ER-6n: moto joueuse, agile, légère et pas chère, dotée d’une bonne autonomie, avec quelques petits détails pratiques bienvenus, comme des poignées pour le passager ou des crochets sous la selle pour les bagages. Et le look est plaisant, cette fois. En ville, on est très vite à l’aise, grâce notamment à la finesse de la bécane. Le moteur est suffisamment souple et le châssis suffisamment léger pour tracter en continu sans devoir poser le pied trop souvent. la position du guidon est confortable. L’ergonomie n’atteint cependant pas des sommets et n’est pas comparable à une Honda, par exemple. On note par exemple que le couple selle-amortisseur arrière peut se montrer un rien brusque pour le confort quand on passe sur une concentration de nids-de-poule. Il faut aussi déplorer l’inutilité des rétroviseurs, dont l’apparence est mieux étudiée que la visibilité.
Quand on roule pour de bon, c’est le plaisir garanti, surtout lorsque les virages s’enchaînent. Mais c’est moins brillant sur les longs rubans venteux de l’autoroute. La finesse du carénage et le petit saute-vent à l’avant ne sont pas des panacées. Enfin le pot d’échappement, habilement dissimulé sous la partie arrière du moteur, fait parfois remonter des bouffées de chaleur un peu désagréables. Pas de quoi s’énerver au vu du tarif bien placé.

Jérôme Ducret

11:56 Publié dans Tests | Tags : kawasaki, er-6f, ninja, tests | Lien permanent | Commentaires (0)

15/04/2009

Mille motards samedi à La Blécherette

LAUSANNE La 2e journée Prévention et sécurité se tiendra ce samedi sur le parking du Service des automobiles. Un défilé traversera la ville peu avant midi.

 

Les passionnés de deux-roues ont d’autres préoccupations que d’éviter les radars. Née l’an passé, la Journée prévention et sécurité est une manifestation organisée par des motards, pour des motards, au moment où les conditions météo font ressortir les machines des garage. Avec le soleil annoncé, les organisateurs espèrent réunir près d’un millier de passionnés ce samedi de 9h à 18h sur le parking du service des automobiles de La Blécherette à Lausanne. Un défilé réunissant une centaine de motos s’élancera également de la piscine de Bellerive à 11h précises pour rejoindre le site de la manifestation.

« Nous reprenons le même concept que l’an passé, soit la sensibilisation aux risques et aux conséquences de la pratique de la moto, mais en essayant de le rendre plus dynamique, explique Daniel Zbinden, un des fondateurs de la journée. En plus de la vingtaine de stands, il y aura ainsi des démonstrations de fonctionnement d’airbags, de désincarcération et même une expérience proposée par la BPA qui consiste à taper avec un marteau sur une tête, avec ou sans casque ».

Organisée par les associations Motards.ch et SwissMoto, cette manifestation bénéficie du soutien et de la participation de la Police de Lausanne, des pompiers et, désormais de l’association vaudoise des moniteurs d’auto-école.

 

S.MR

Voir www.motards.ch et www.swissmoto.ch

 

08/04/2009

En Suisse, Piaggio rate son opération trois-roues conduit comme une voiture

Le MP3 LT ne viendra pas en Suisse

"On estime peut-être que les automobilistes suisses sont plus bêtes que leurs voisins allemands, français ou italiens", réagit Rico Barandun, de la maison Ofrag, importateur pour la Suisse des scooters de la marque Piaggio. Il est déçu de la décision prise il y a quelques semaines par l'Office fédéral des routes, à propos d'un nouveau modèle.

Depuis l’automne dernier en effet, le groupe italien a lancé en Europe le MP 3 LT : un véhicule possédant trois roues (deux à l’avant), mais que l’on peut conconduire avec un permis de voiture. Or, contrairement aux voisins européens, l’OFROU a estimé que cet engin hybride ne pouvait pas être conduit sans un permis moto (catégorie A, plus de 125 cm3). Du coup, Piaggio et Ofrag ont estimé qu’il ne valait pas la peine de l’importer en Suisse. «Il est plus cher que le MP3 standard, et son seul avantage tient au permis», explique Rico Barandun.

L’enjeu est bel et bien économique. En France, le LT fait un tabac depuis son introduction. Rien qu’en février de cette année, 800 d’entre eux ont été immatriculés, sur un total de 7165 deux-roues (permis moto), toutes catégories confondues.

Ce même mois, presque toutes les marques établies de motos ou de scooters ont connu des chiffres carrément mauvais. Pour la France, –23,1% d’immatriculations pour les plus de 125 cm3par rapport à la même période l’an passé, ce qui ne fait que confirmer la tendance amorcée sur le marché européen depuis novembre 2008.

«Techniquement, ce MP 3 LT est classé chez nous en tant que tricycle à moteur, comme dans l’Union européenne, justifie Antonello Laveglia, au service de presse de l’OFROU. Cela veut dire, en principe, qu’on peut le conduire avec le permis B pour les voitures. Mais nos experts ont estimé que son comportement, notamment dans les virages, était celui d’une moto. Et en prenant cette décision, ils n’ont fait qu’anticiper l’application d’une nouvelle directive européenne, qui doit entrer en vigueur en 2013. » En Suisse, Piaggio va donc se contenter de vendre son trois-roues standard, qui est de toute façon un succès commercial, selon l’importateur.

 

Jérôme Ducret

11:04 Publié dans news | Tags : piaggio, mp3 | Lien permanent | Commentaires (0)

02/04/2009

Saut périlleux avant

Les freestylers maîtrisent depuis quelques années le saut périlleux arrière en moto (backflip), mais une nouvelle étape vient d'être franchie avec le premier saut périlleux avant (frontflip) réussi. A découvrir sur http://moto.caradisiac.com/Jim-Dechamp- ... stoire-372

SMR

13:53 Publié dans sport | Lien permanent | Commentaires (0)

Le supermotard de retour dans le Canton

Supermoto_Gyger.jpgLa place d’armes de Bière accueillera deux cents pilotes de moto et de quad les 30 et 31 mai prochain.

 Six ans après la dernière épreuve disputée à Payerne, le Championnat suisse de Supermotard fera à nouveau halte en terre vaudoise les 30 et 31 mai prochains sur la place d’armes de Bière. Plus de deux cents pilotes de moto et de quad sont attendus pour des courses qui se disputent simultanément sur bitume et sur terre, assurant ainsi les spectateurs de glissades spectaculaires.

 Ce retour est lié à l’investissement du Neuchâtelois Claude-Alain Cuche, organisateur d’une course à Lignières l’an passé et bien décidé à réintroduire de manière durable les courses de supermotard en Romandie. Le comité d’organisation travaillera pour l’occasion en association avec le moto club du Vignoble Vaudois basé à Aubonne et celui de Cossonay.

 Côté pilotes, les spectateurs suivront avec enthousiasme le Fribourgeois Philippe Dupasquier, ex-crossmann de niveau mondial reconverti avec succès dans la discipline puisque double champion suisse en titre. Des résultats qui mènent son total de titres nationaux à quinze, toutes disciplines confondues. A suivre également, le pilote de Clarens, Yann Gyger (ici avec le no 69), qui après avoir roulé en Championnat du Monde de Superbike il y a quelques années, a décroché le titre en catégorie promo du Championnat suisse de Supermotard l’an passé

 Sylvain Muller

 Voir www.supermotobiere.ch et www.supermoto.ch

13:50 Publié dans sport | Lien permanent | Commentaires (0)

31/03/2009

Moto Morini fait un Granpasso en avant

Moto Morini fait un Granpasso en avant!

Elle est disponible de suite, et elle crée une nouvelle référence chez les trails sportifs pouvant envisager le petit chemin de terre. Manque cependant l’ABS, et le moteur est gourmand.

MM_Granpasso_PT_01_07.jpgUn petit constructeur italien qui s’attaque de front à l’ogre bavarois. C’est ce que tente Moto Morini en commercialisant une nouvelle moto, la Granpasso 1200, qui va faire un peu d’ombre à la reine de la catégorie trail, la BMW R 1200 GS. Les deux sont mues par des bicylindres qui offrent de bonnes accélérations à bas régime, les deux possèdent des caractéristiques dynamiques qui donnent des tenues de route irréprochables, et un design à l’avant façon bec de canard (pour la BMW) ou cigogne (pour la Moto Morini). Les ressemblances s’arrêtent là.

La Granpasso est une moto avec plein de caractère et de fougue. Son propulseur y est pour beaucoup. Il pousse fort dès l’ouverture des gaz et offre une puissance plus que respectable. Les vibrations qu’il distribue généreusement à son pilote sont plutôt agréables, tout comme la sonorité de l’échappement, pas vraiment discret. La Granpasso, c’est un peu une moto de course déguisée en trail. Moto Morini a dosé l’arrivée de la puissance en réglant de manière longue la poignée des gaz. Mais, même ainsi, quand on tourne de manière enthousiaste cette poignée, on s’expose à des cabrages imprévus du train avant.

On l’a dit, la tenue de route est impeccable. Les éléments de suspension sont de tout premier ordre, et contribuent à justifier le prix pas négligeable (19900 francs en version de base). On note toutefois une légère tendance à élargir en sortant des virages. Les coupables ne sont pas les suspensions, mais les pneus, des Metzeler Tourance à usage mixte, qui permettent de circuler sur des petites routes en terre ou en gravier, démunies d’asphalte. Le passage des vitesses est correct, le rayon de braquage bon, et la faible largeur permet de se faufiler comme un bête dans le trafic. La machine est en fait assez agile et se laisse diriger du bout du guidon sans problème, malgré sa grande taille.

En parlant de taille, on touche l’un des défauts de la Granpasso : sa hauteur de selle, qui culmine à 875 millimètres. Si vous mesurez moins d’un mètre septante et des poussières, il faudra faire un peu d’équilibrisme pour l’enfourcher ou pour se stabiliser à l’arrêt. Bon, il paraît que Morini propose à la commande une selle rabaissée… à 830 millimètres. Le confort est bon sur cette moto, avec peut-être une selle et un tarage des suspensions un peu fermes. Mais cela n’empêche pas les longues étapes, d’autant plus que le réservoir affiche une excellente contenance (près de 27 litres). Il faut juste faire attention à la consommation, qui dépasse très souvent les 6 ou les 7 litres au 100 kilomètres. Les commandes sont réglables, tout comme les suspensions. La planche de bord est complète, mais pas toujours très lisible. Les différentes fonctions sont accessibles grâce à un bouton unique placé sur le côté gauche du guidon. C’est pratique, mais il faut du temps avant de comprendre comment ça fonctionne.

 

Jérôme Ducret

16:21 Publié dans Tests | Tags : moto, morini, granpasso | Lien permanent | Commentaires (0)

22/04/2019

Le prix suisse des nouveauté 2013 BMW

R1200GS1.jpgLa nouvelle vient de tomber. Pour acheter une BMW R 1200 GS millésime 2013 (photo), il faudra débourser 16450 francs. Sans aucune option. Si vous voulez l'antipatinage (ASC) et le réglage électroniques des suspensions (ESA) il faut y ajouter 2440 francs, qui vous donneront en sus les LED pour les clignos et pour les feux de croisement ainsi que l'ordinateur de bord permettant de claculer par exemple la consommation moyenne d'essence. Entre autres choses. Ce qui nous fera donc 18890 francs. Pas si cher, au fond, si l'on se rend compte que ce surcoût inclut les suspensions semi-actives, ou semi-automatiques. A titre de comparaison, la Ducati Multistrada 1200, certes plus performante, est affichée à 19990 francs. La Triumph Tiger Explorer, sans les suspensions semi-actives, ni même à réglage électronique (mais avec un régulateur de vitesse) se vend 17990 francs, et la Honda VFR Crosstourer (là aussi plus performante, mais sans autre gimmick électronique que le contrôle de traction) est affichée à 17690 francs. Sans le changement de vitesse semi-automatique. Enfin le champion de la catégorie côté prix reste la Kawasaki Versys 1000, moins polyvalente, est toujours à 15490 francs, avec contrôle de traction. Le look est une chose subjective, mais il faut avouer que cette dernière moto n'est pas un modèle de beauté. Pour être complet, il faudrait encore parler de la toute nouvelle KTM Adventure 1190, de l'Aprilia Caponord 1200, nouvelle elle aussi, et de la Yamaha Superténéré 1200, au catalogue depuis quelques années. Ce sera pour une autre fois, promis. 

 

Et la deuxième nouveauté BMW pour 2013, moins spectaculaire, la F 800 GT, est annoncée à 12300 francs. Comptez encore 830 francs pour l'antipatinage, les suspensions électorniques et le relevé électronique de la pression des pneus.