03/10/2011

L'Aprilia Tuono V4 APRC, une pistarde sans carénage lâchée sur les routes

TUONO_05_APRILIA.JPGLa selle est fine, le carénage est inexistant, le moteur est colossal. Bien que très compacte, la nouvelle Tuono (photo Patrick Martin) impressionne dès que l’on pose son séant sur son siège et que l’on met le contact. C’est une moto de course que l’on a «déshabillée» et adaptée à la route. En remontant le guidon et en l’élargissant, en enlevant le carénage, en changeant les rapports de vitesse et la gestion du moteur… mais elle offre tout de même 167 chevaux, avec un moteur qui peut dépasser les 13 000 tours par minute, et un couple conséquent. Tout ça pour 183 kilos à sec. Il y a de quoi décoiffer.

Elle n’est pas pour autant difficile à piloter. Même si le rayon de braquage reste celui d’une sportive, c’est-à-dire cauchemardesque dès qu’il s’agit de faire demi-tour, même si le confort de selle est tout juste suffisant, et que la protection aérodynamique est pour ainsi dire inexistante - on ne parle même pas d’un refuge contre la pluie ou le vent - on se fait vite à ses singularités.
En effet, la gestion de toute cette puissance est faite pour rassurer. D’abord parce que l'on contrôle plus facilement ce petit monstre grâce au guidon et aux repose-pieds, et ensuite parce qu’il reçoit exactement les mêmes aides au pilotage que sa sœur pistarde RSV4.
En particulier, la Tuono a droit à un antipatinage désactivable et réglable sur 8 niveaux d’intervention. Il y a aussi un anti-wheelies, paramétrable également, qui peut restreindre ou empêcher les levers de roue avant, ainsi qu’un contrôle de lancement, pour des départs canon. Elle bénéficie en plus de trois modes de gestion de la puissance: le mode pluie, relativement doux, le mode sport, plus viril, et le mode track (piste) où la réponse à la commande d’accélération est fulgurante.
Le moteur V4 est de toute façon assez souple, en bas ou en haut des tours, et l’injection répond de manière précise aux impulsions du pilote, sans à-coups gênants, sans trous désagréables. Il reste cependant caractériel, et n’a rien de linéaire. Il faut parfois jouer de l’embrayage en ville. Et le son qu’il émet varie entre le grondement et le hurlement. On se demande comment il a passé l’homologation. On peut au passage déplorer une consommation d’essence élevée, qui fait que les 17 litres du réservoir sont vite épuisés.

Lire la suite

20:21 Publié dans Tests | Tags : aprilia, tuono v4, aprc, test, rsv 4 | Lien permanent | Commentaires (0)

30/09/2011

L'importateur suisse de Yamaha participera au prochain Swiss-Moto!

C'était un peu une anomalie. Depuis plusieurs années, le numéro un en Suisse dans le domaine des deux-roues, Yamaha, ne participait pas au salon de la moto et du scooter de Zurich, Swiss-Moto. Mais pour l'édition 2012 de ce salon, le plus grand au niveau national, les choses vont changer. Hostettler, l'importateur suisse de Yamaha, vient d'annoncer sa participation sur un stand, du 16 au 19 février prochain. Lors de l'édition 2011, la marque de vêtements moto IXS, également représentée par Hostettler, avait déjà fait ce pas. Pour 2012, il y aura aussi les autres sociétés qui composent le porte-feuille de marques de l'importateur Yamaha, à savoir Motochic et Pneu Services, sur des stands séparés. Et surtout, Hostettler renonce "provisoirement" (selon son communiqué) à tenir une expo dans son siège lucernois de Sursee le même mois que Swiss-Moto. On pourra donc admirer la nouvelle Yamaha R1 "traction control" dans la Messe (centre d'expos et de congrès) de Zurich en février prochain.

29/09/2011

Un gros trail Kawasaki dévoilé à Milan

Z1000SXverte.JPGLa source de cette information est sûre. Elle provient notamment d'un blog consacré à la Kawasaki Versys. Parmi les nouveautés 2012 que Kawasaki va dévoiler au prochain salon international du deux roues de Milan, l'EICMA, début novembre, il y aura une nouvelle ZZR 1400, une nouvelle ER-6 - mais aussi et surtout un nouveau trail de grosse cylindrée, dans le même ordre d'idée que la fameuse GS de BMW, que la Multistrada de Ducati ou que la future Crosstourer de Honda (aussi dévoilée cette année à l'EICMA après l'apparition d'un prototype l'an passé dans ce même salon). Chez Kawa, cette nouvelle moto va reprendre un moteur fort apprécié pour son couple et sa souplesse, celui de la Z 1000. Le même qui a déjà été mis à contribution pour créer la sport-touring Z 1000 SX (photo) avec son carénage, son autonomie, son look sportif et ses valises. On aura donc une espèce de Versys 1000 avec un moulin de 1050 centimètres cubes. Mais nous n'avons pas encore d'image, et Kawasaki observe à ce sujet la loi du silence absolu. Plus d'infos prochainement.

27/09/2011

L'importateur Piaggio et Aprilia baisse tous ses prix

FRV_2459.JPGSpectaculaire. Pour quatre des marques du groupe italien Piaggio, soit Vespa, Piaggio, Gilera et, dans une moindre mesure, Aprilia, la différence de prix en euros et en francs suisses incitait encore les acheteurs potentiels à aller se fournir à l'étranger. Plus maintenant. Ofrag, l'importateur helvétique de ces marques, a manifestement pu négocier une baisse de prix avec son fournisseur italien. Dès à présent, les modèles de ces quatre marques sont proposés chez nous avec des rabais pouvant aller jusqu'à 18%!!!

Une Vespa 300 Sport, par exemple (photo), coûte désormais 6545 francs, au lieu de 7695 francs. Et un MP3 Yourban s'arrache pour 8495 francs, soit une baisse de 1500 francs.Chez Aprilia, on note que la toute nouvelle Tuono APRC a droit à un rabais conséquent: 16490 francs, moins 2500 francs!!! Le scooter Scarabeo 300, lui, ne vaut plus que 6295 francs, soit moins 15%. Et chez Gilera, le Nexus 500, vaisseau amiral, est "offert" à8495 francs au lieu de 9995 francs.

Impressionnant. Par contre, une Yamaha R1 vaut toujours 21980 francs (modèle 2011) et on imagine que le modèle 2012 ne sera pas meilleur marché.

 

26/09/2011

Après la "petite" superbike Ducati, le "petit" Streetfighter

SF848_02_B.JPGChez Ducati, le jaune est traditionnellement réservé à des modèles de "petite" cylindrée. Cela fait d'ailleurs un bon moment qu'on ne l'avait plus vu sur une moto de la marque italienne. Il revient sur l'une des deux grandes nouveautés Ducati 2012, le Streetfighter 848. Le concept est le même que pour le grand frère 1098: le point de départ est une superbike, dont on annule le carénage et dont on revoit la géométrie et, un peu, le comportement moteur ainsi que l'étagement des vitesses. La Streetfighter 1098 demeure un outil très performant, un rien exclusif, assez cher et à l'ergonomie tout de même radicale. Avec le 848, la base de départ est la sportive 848, avec son moulin bicylindre refroidi par liquide et ses près de 140 chevaux, soit la superbike de plus petite cylindrée (plus de 800 centimètres cubes tout de même). Une sorte d'alternative plus high tech au Monster 1100 EVO, dont le moteur est toujours refroidi par air. Et ce roadster reçoit de série l'antipatinage Ducati, le même que celui de la Monster. On peut aussi avoir l'ABS. Comme sur la Monster. Un effort semble avoir été fait pour contenir le prix, qu'on ne connaît toujours pas officiellement. De source sûre, il sera de 15990 francs. A mi-chemin entre une Street Triple R et une Speed Triple.

Un autre scooter super-économique chez Honda

arton28877.jpgIl est bon marché (2460 francs), il freine bien, il est agile, et il est proposé de série avec un coffre supplémentaire de 35 litres. Le nouveau petit scooter Honda, le Vision 110, prend la place du Lead 110 et est pensé pour les citadins. Son moteur de 108 centimètres cubes ne développe "que" 6,2 kilowatt (environ 8,4 chevaux) à 8000 tours/minute, avec un couple (force de rotation appliquée à la roue arrière) modeste lui aussi. Nous ne l'avons pas testé, mais il a de quoi séduire de nombreux utilisateurs voulant un véhicule pratique et économe pour défier les bouchons et les rues d'une ville en toute saison, grâce notamment à ses roues de 14 pouces, assez stables, montées avec des pneumatiques plutôt fins pour plus d'agilité. Sa face avant ne protège pas contre tout, mais on peu y adjoindre un pare-brise assez haut. Et la planche pour les pieds est large et n'est pas encombrée par un tunnel central. La selle est placée à 775 mm du sol, et sa forme permet aux plus petits de mettre les pieds par terre. L'ergonomie du poste de commande est bien pensée, même si on est grand, on peut caser ses jambes. Bon, il y a juste un truc bizarre: le klaxon se trouve là où devraient se trouver les commandes des clignotants, et réciproquement. On s'y habitue.

On peut prendre un passager, même si les prestations du moteur s'en ressentent et que les supensions peuvent protester si ce passager est un gabarit lourd. Les suspensions, d'ailleurs, sont du grand classique Honda, pas très éloigné de ce qui a été adopté pour le best-seller PCX 125 (vendu à 3990 francs). Comme sur le PCX, le frein arrière est un tambour (un disque à l'avant), mais grâce au système CBS de freinage combiné, ça doit sûrement être très efficace sans être trop mordant. Précisons encore qu'on peut loger un casque intégarl sous la selle, qu'il y a deux boîtes à gant devant le pilote, que l'engin ne pèse que 102 kilos avec les pleins, et qu'il est disponible en blanc, noir ou gris.

11:54 Publié dans news | Tags : honda, scooter, vision, 110, nouveauté | Lien permanent | Commentaires (0)

21/09/2011

La Yamaha R1 sera équipée de l'antipatinage en 2012

2012_YAM_YZF1000R1_EU_MNM3_ACT_003.jpgL'une des seules nouveautés Yamaha pour 2012, à l 'heure actuelle, concerne la supersport R1 (998 cm cubes). Outre des améliorations de détail à la gestion du moteur, à son aérodynamisme et à son look, elle sera surtout équipée d'un antipatinage de série, ou contrôle de traction, TCS dans le lingo Yamaha. Il sera désactivable, et paramétrable sur 6 niveaux. Il semblerait que le nombre de niveaux soit de 7 aux Etats-Unis - à confirmer. De 1, le moins invasif, à 6, le plus. Il sera déclenché grâce aux signaux de capteurs placés su rles roues avant et arrière, détectant les différences dans les régimes de rotation.

Yamaha suit ainsi les traces de Ducati, BMW, MV Agusta et Kawasaki. Honda ne devrait pas suivre de sitôt, mais Suzuki pourrait annoncer ce pas lors du prochain salon de la moto de Milan, début novembre. Rappelons par ailleurs que les autres nouveautés 2012 dans le monde supersport seront une nouvelle superbike Ducati, qui sera appelée 1199 Panigale, et une nouvelle Honda Fireblade, revue surtout dans son look.

Malaguti, c'est fini, ou presque

220px-Malaguti_Phantom_F12_yellow.jpgCeux qui ont roulé sur un Malo ou un Phantom (photo) vont devoir verser une larme. La marque italiennt de deux-roues Malaguti arrive à la fin de son histoire. Créée en 1930 dans la régino de Bologne, la société a débuté en vendant des motos et des bicyclettes. Dès la fin des années 1970, elle s'est orientée sur les scooters, dont les fameux Phantoms, à moteurs Yamaha. Aujourd'hui victime de la chute des ventes et des soubresauts de la crise, Malaguti va devoir fermer sans avoir trouvé de repreneur, la famille propriétaire ne voulant pas céder la marque. Les quelque 160 salariés sont au chômage technique, la production ayant cessé en avril dernier, selon scooter-infos. Les versements de l'assurance-chômage vont se terminer à la fin du mois d'octobre. Les licenciements suivront. Seuls 17 personnes devraient rester pour couler les stocks. Les employés et les syndicats espèrent encore en un petit miracle, g^râce à une prochaine table ronde avec les représentants de la province d'Emilie-Romagne.

15:55 Publié dans news | Tags : malaguti, scooters, fermeture | Lien permanent | Commentaires (0)

Le bonus euro reconduit chez Ducati Suisse

IMG_8120.JPGMotorimport, l'importateur de Ducati pour la Suisse, baisse une nouvelle fois ses prix pour compenser la différence de change entre zone euro et zone franc suisse. Il l'avait déjà fait en début d'année. Cette fois-ci c'est pour tous les modèles, et jusqu'au 31 octobre prochain. Ainsi une Diavel modèle de base (photo) coûte 19990 francs, au lieu de 22990. Une 848 est disponible 18490 francs (moins 1500 francs), une Multistrada Touring bénéficie d'un rabais de 3000 francs, une Monster 1100 EVO ne coût eplus que 13990 francs (- 2000 francs). Et le petit monstre, la 696, avec ABS, est affichée à 11790 francs. Du coup le différentiel avec, par exemple la France, est quasi nul. Mais on le répète, c'est jusqu'à la fin du mois prochain.

10:04 Publié dans importateurs | Tags : ducati, suisse, euro, rabais | Lien permanent | Commentaires (0)

12/09/2011

Fermeture d'un magasin à Lausanne

Le magasin d'accessoires deux-roues Motoport Romandie situé à l'av de Morges à Lausanne a fermé ses portes. Ce magasin était une succursale de la maison suisse-allemand Meier + Lutziger AG, qui exploite d'autres succursales dans le pays. La maison-mère confirme cette fermeture et ne donne pas de raison particulière. Mais elle précise que ses produits (marques Icon, HJC ou Nexx entre autres) restent en vente chez les concessionnaires. Voir www.motoport.ch.

17:50 Publié dans Commerce | Tags : motoport | Lien permanent | Commentaires (1)

28/08/2011

Kymco baisse fortement ses prix en Suisse, les autres suivrent, mais pas tous

1024-02.jpgOn parle beaucoup du bras de fer sur les prix entre distributeurs (Coop, Migros, etc.) et importateurs en Suisse. Mais le secteur des véhicules deux roues n'est pas épargné par le phénomène du franc fort face à l'euro et au dollar - et même au yen japonais. Or dans ce contexte, il n'y a que très peu d'importateurs ou de distributeurs qui réagissent et tentent de baisser leurs prix. L'écart entre une Vespa 300 en Suisse et en France est abyssal, par exemple. Même en s'acquittant des droits de douane et de la TVA, on fait une bonne affaire en allant en acheter une à Saint-Genis ou Annemasse. Et côté motos, c'est pareil: on économise près de 5000 francs sur un Ducati Diavel Carbon, par exemple. On ne parle même pas des Yamaha, dont les prix en Suisse ont même tendance à augmenter (ce ne sont déjà pas les moins chères, loin s'en faut).

Il n'y a guère que Frankonia, importateur Suzuki, qui a tenté jusqu'il y a peu de réduire un tant soit peu l'écart, qui n'est plus que d'un à deux milliers de francs. Suzuki, et Kymco, par le biais de l'importateur suisse Amsler. Là, on ne peut que dire bravo. La presque totalité de la gamme est vendue à des prix plus bas depuis le 20 juin dernier - en moyenne, c'est moins 900-1000 francs. Cet X-citing 300 ri (avec ABS, en photo ci-contre), ne coûte ainsi plus que 6720 francs, contre 7620 auparavant. Comme les Kymco sont de toute façon parmi les moins chers des motos et scooters du marché, et que le prix des pièces est très élevé en France, ça suffit à décourager beaucoup d'acheteurs de passer la frontière.

Chez Grandjean Diffusion (Sym et Peugeot), on fait remarquer que quand l'euro était haut, les prix n'ont pas bougé en Suisse. Et on promet des adaptations (à la baisse) pour 2012. Même chose chez Fibag (Kawasaki). Enfin Ofrag (importateur Piaggio, Vespa, Gilera et Aprilia) déplore ne pas pouvoir faire grand chose sur les modèles Piaggio, Vespa. Ils achètent motos et scooters au groupe Piaggio en francs suisses et veulent renégocier ces prix dès que possible. En compensation, il y a des cadeaux sur certains modèles: 400 francs de bon Manor pour un scooter 50 cm cubes, ou un topcase offert pour une Vespa LX 125. C'est mieux que rien. Par contre, les motos Aprilia de gros calibre sont vendues depuis quelques jours à des prix défiant toute concurrence. La RSV 4 APRC, cette bombe de 1000 centimètres cubes, vraie pistarde nantie d'un arsenal électronique pour faciliter le pilotage, s'emporte désormais... à 18700 francs!!! un rabais de 2200 francs, en somme. Sur les Shiver 750, il est de 1300 francs, et sur les Dorsoduro 750, de 1400 francs. On croit rêver.

Mais le rêve continue quand on jette un coup d'oeil sur le site de Honda Suisse. La sport-touring ultramoderne VFR 1200 a droit à un discount de 4000 francs. Et c'est la même chose pour l'hypersportive Fireblade, que l'on peut donc prendre chez soi pour la bagatelle de 20140 francs... soit à peine 1000 francs de plus qu'en France avec le cours de l'euro à 1,17. Compte tenu de la TVA et du dédouanement, ça ne vaut plus vraiment la peine d'aller en France.

MOT0_01_BMW_S1000RR.jpgEt même BMW s'y est mis. On ne sait pas pour combien de temps. Mais une S 1000 RR avec le DTC et tout le tintouin (photo) ne coûte plus que 20150 francs. Le mono d'entrée de gamme G 650 GS s'affiche au prix jamais vu de 8650 francs, tandis que la célèbre GS 1200 est "offerte" pour 17000 balles, et que l'efficace R 1200 RT est à 19600 francs (moins 4200 francs, tout de même). On y gagne donc par rapport au prix français de 17300 euros (cours à 1,17).

Quant à Kawasaki, l'importateur Fibag fait un pas lui aussi. La version améliorée de son best-seller, la Z 750 R, modèle 2012, est disponible en concessions dès le premier septembre, au prix de 12690 francs. Eh oui, c'est 1300 de moins que la Z 750 R 2011! Et jusqu'à la fin de la saison, le pot spécial Akrapovic est inclus.

Ducati ne fait rien aujourd'hui. Ils ont par contre fait un geste en début de saison en offrant 2000 francs de rabais sur presque toute leur gamme - jusqu'à fin juillet, désolé. Harley donne à ses clients un bon d'achat en pièces, accessoires ou vêtements, variant entre 1250 et 4250 francs selon le modèle. Bon, bien sûr, une Street Bob coûte toujours 18300 francs en Suisse, contre l'équivalent de 16000 francs en France. Et Yamaha... ne bouge pas d'un pouce sur ses motos. Oui, il y a un Swiss pack pour la Super Ténéré. Mais ça ne change pas grand-chose. Et on voit dans les stats d'immatriculation du mois de juillet que la marque aux diapasons est en chute, alors qu'elle se portait bien jusque là cette année en Suisse. L'importateur Yamaha Hostettler a tout de même réagi pour les scooters. Hier, le 29 août. En faisant des rabais allant de 7 à 17%. Un T Max, par exemple, ne coûte plus que 12130 francs (contre 14090 auparavant, et 9999 euros chez nos voisins), et un X Max 250 est placé à 6290 francs (anciennement 7490 francs, et 5099 euros). La version du X Max avec ABS est même baissée de 19%.

Allez, encore un petit effort.

Le scooter urbain confortable, façon Peugeot

SCOOTER_CITYSTAR_6234.JPGSCOOTER_CITYSTAR_6155.JPGC’est un scooter GT, par son confort et son équipement, mais c’est aussi un petit véhicule urbain très agile. Le Citystar 125, avec ses roues de taille intermédiaire (13 pouces) vient se placer à mi-chemin dans la gamme Peugeot entre le luxueux Satelis et le léger Vivacity.

Il ressemble un peu à un modèle précédent, l’Elystar, mais il propose des prestations un cran au-dessus. Sa tenue de route, en particulier, est bonne, même à vitesse relativement élevée (100 km/h), grâce notamment à des pneus de qualité. Et sans sacrifier à l’agilité quand il s’agit de se faufiler dans le trafic de l’heure de pointe.

 

SCOOTER_CITYSTAR_6174.JPGLe Citystar offre un coffre de selle qui peut emporter un casque intégral et un casque jet (sans mentonnière), plus un vide-poches assez spacieux devant le conducteur et un crochet pour les sacs au tablier. Par rapport à un vrai GT, on est assis plus droit sur la selle. Mais cela ne gênera que les grands gabarits, qui auront peut-être les genoux un peu coincés. La selle n’est pas très basse, mais comme le véhicule est léger (150 kg à vide, 157 en ordre de marche, selon le constructeur) et son centre de gravité placé bas, c’est tout à fait vivable.

Il consomme peu (3,5 litres aux 100 kilomètres annoncés) et ses suspensions sont orientées confort. Pas encore d’ABS pour ce modèle, mais les freins répondent présent sans aucune hésitation et sont faciles à doser.

 

 

SCOOTER_CITYSTAR_6210.JPGQuant au moteur… il est suffisant. Mais pas le plus véloce à faire avancer le scooter au feu vert. Il faut compter un petit temps de réaction et tourner la manette des gaz en grand avant que la force mécanique ne vainque celle de gravité et fasse avancer la bête. En revanche, une fois lancé, l’allonge est bonne (près de 110 km/h en pointe), ce qui autorise de courts trajets autoroutiers ou de longues virées extra-urbaines sur les routes de campagne. Même à deux, c'est possible, avec une certaine dose de patience. Il y a juste un truc un peu bizarre dans l'injection. A faible vitesse - moins de 30 km/h - quand on coupe les gaz d'un coup et qu'on se retrouve en descente, le frein moteur disparaît subitement. Un peu déroutant dans les rues très pentues de Lausanne. Faut choper les freins avant de se faire piéger.

Et son prix? 5105 francs avec les frais de transport. En noir ou argent. Un tarif placé!

16:45 Publié dans Tests | Tags : peugeot, 125, citystar, vivacity, gt | Lien permanent | Commentaires (0)

24/08/2011

L'airbag pour motard, un plus bienvenu

GILET_AIRBAG_POS-0_6574.JPGC'est une technologie qui nous vient tout droit du monde de l'équitation. Eh oui, les canassons à sabots et les bécanes à chevaux mécaniques ont plus de points en commun que l'on pense. Nous avons pu tester durant une bonne semaine un gilet de la marque Hit-Air (photo Marius Affolter). Il s'enfile par-dessus une combi ou une veste de moto, et il déploie un airbag en moins d'une seconde autour des parties sensibles du corps du  motard, lorsque le pilote se fait éjecter de sa monture.

Le Hit-Air ressemble au premier abord à un gilet de plongée gris-vert. Mais on peut l'avoir aussi en noir, et même sous une forme camouflée dans une veste à l'apparence normale. Il comporte une petite bombonne de gaz lovée dans une poche et raccordée à un réseau de coussins dégonflés qui entourent la nuque, le cou, les côtes et les reins. Selon Jean-Marc Rüttimann, du magasin Biker's Equipment, à Genève, spécialiste des accessoires BMW pour le voyage, le cou et les reins se gonflent en deux dixièmes de secondes, et il ne faut qu'une demi-seconde pour le reste. Au bout d'à peine plus d'une seconde, une valve s'ouvre automatique et permet au dispositif de se dégonfler. Il suffira alors de chasser l'air du gilet et d'acheter une nouvelle bombonne pour recommencer. Après avoir fait vérifier le gilet par un spécialiste, tout de même, pour être sûr que rien n'a été endommagé.

 

 

 

 

GILET_AIRBAG_6261.JPGLe système fonctionne grâce à un câble gainé de plastique qui s'accroche sur une partie fixe de la moto. Il doit être tendu.

Quand on est désarçonné, la force qui en résulte tend ce câble encore plus et fait sauter le verrou de sécurité qui empêche la bombonne de souffler son gaz dans les coussins du gilet. Descendre de moto et partir en marchant ne génère pas une force suffisante. Mais être ejecté de sa selle durant un accident, oui. Il faut entre 25 et 35 kilos de force pour que ça fonctionne. Et ce système est recommandé par la section vaudoise du TCS, dont le secrétaire général est motard (si, si).

 

 

 

Voici ce que ça donne sur le mannequin

GILET_AIRBAG_POS-0_6574.JPGGILET_AIRBAG_POS-2_6597.JPG

GILET_AIRBAG_POS-4_6600.JPGGILET_AIRBAG_POS-5_6601.JPGGILET_AIRBAG_POS-8_6607.JPG

 

 

 

 

 

 

A part ça, le gilet est confortable, il est disponible en plusieurs tailles et en deux couleurs (plus la version fluo), dispose de poches pratique, et ne coûte que 322 francs (les prix ont baissé récemment pour suivre la baisse du taux entre euro et franc suisse). A comparer avec les près de 4500 francs du système D-Air de Dainese, dérivé de la course et qui est caché dans la bosse dorsale d'une combinaison intégrale. Il est certes encore plus rapide et n'a pas besoin de câble pour fonctionner.

Sachez encore que Helite propose un produit similaire, que l'on retrouve notamment dans des vêtements de moto siglés Brembo - la célèbre marque italienne de freins. Et que l'on peut déjà acheter en Suisse sous le nom Helite, par exemple chez Motoboutique à Lausanne, ou Jack's Cuir à Genève. Le gilet est un peu plus cher (629 francs) que celui de Hit-Air. Spidi est aussi en train de s'y mettre, tout comme Bering - sans câble et avec déclenchement électronique, mais aussi avec pas mal de problèmes de jeunesse, pour ce qui est de Bering. Enfin si vous vous voulez acheter une Honda Goldwing, elle existe en version avec airbag frontal, intégré à la moto.

19/08/2011

Nouvelle Honda Fireblade en 2012

fireblade2012.jpgCette image est apparue quelques heures sur la page Facebook de Honda à Hong-Kong. Elle a filtré sur le site MCN (Motorcyclenews). Il semblerait qu'il s'agisse de la nouvelle superbike de la marque japonaise, la Fireblade version 2012. Le look est plus consensuel que le modèle actuel, qui est tout en rondeurs. Pas gros changement en vue, sauf la fourche qui adopte la technologie BPF (Big Pistons Fork), déjà vue chez Suzuki et Kawasaki, et qui devrait rendre encore plus intuitive et efficace cette machine. Les roues ont l'air allégées, aussi. Mais en scrutant à la loupe, toujours pas de petit bouton spécial sur les comodos du guidon, donc probablement pas de gimmick électronique (contrôle de traction, etc.). Et pas non plus d eroue phonique su rle disque de frein, ce qui veut dire que l'ABS électronique reste une option et que, si on le choisit, on ne peut sans doute pas le déconnecter.

A voir sans doute au prochain salon de Milan, en novembre. Et dès à présent sur le site américain d'Asphalt and rubber.

17/08/2011

La patron de MV Agusta s'en est allé, définitivement

claudio-castiglioni-mv-agusta.jpg_630.jpgUn grand nom de l'industrie motocycliste n'est plus. Claudio Castiglioni, patron de la firme italienne MV Agusta, est décédé ce matin dans un hôpital à Varese, ville où se trouve le siège de l'entreprise. Des suites d'une longue maladie, comme on dit. On doit à cet homme qui a dirigé plusieurs firmes, dont Ducati et Cagiva, la réalisation de nombreuses "oeuvres d'art" dans le domaine de la moto, comme la fameuse Ducati 916, ou, chez MV, les non moins fameuses F4 et Brutale. On le voit ici au salon de la moto de Milan (EICMA), ayant reçu en 2008 le prix de la plus belle moto du salon pour sa MV Brutale 1078. Son fils continue à gérer l'entreprise MV, qui annoncera certainement à Milan cette année, en novembre, au moins deux nouveautés.

16/08/2011

Deux concessionnaires Norton en Suisse romande?

Norton1.jpgCela fait bientôt une année que la marque anglaise Norton, qui est revenue sur le devant de la scène après une éclipse de plusieurs dizaines d'années, est représentée en Suisse par la société Egli. Les mêmes qui préparaient des Norton de l'ancienne génération en les transformant en bêtes de course, qui avaient développé dans les années '70 des cadres maison du tonnere de Zeus et qui importent actuellement, entre autres, les motos indiennes d'inspiration britannique Royal Enfield. Et qui se trouvent à Bettwil, dans le canton d'Argovie. La Suisse est un petit pays, mais ça fait un peu loin pour aller chercher sa Commando quand on habite Saint-Prex ou Carouge. Les premières bécanes ont été livrées ce printemps, et d'autres devraient arriver à la fin de cet été, si tout va bien - l'usine anglaise n'arrive pas à suivre la demande.

Norton aurait donc besoin d'un représentant en Suisse romande. On a bien dit "un". Or voilatipas que deux candidats se sont annoncés: Imperadori à Lausanne, un très ancien concessionnaire Piaggio et Vespa qui vend et a vendu aussi des motos de différentes marques, et GNV, à Montagny-près-Yverdon (anciennement à Yverdon), connu comme spécialiste Harley et vieilles anglaises (on schématise). Il y a fort à parier qu'un seul des deux restera en lice au début de 2012. Plus de détails bientôt sur ce blog.

26/07/2011

Dyna Switchback: Harley réinvente la moto "convertible"

fld-18.jpgIl restait un petit trou à combler dans l'ample gamme Harley. C'est fait pour 2012. Le constructeur américain annonce l'arrivée de la Dyna Switchback, qui sera disponible en Suisse à partir de 23500 francs. Elle sera la première Dyna équipée du nouveau moteur Twin Cam 103 (le nombre de "cubic inches"), ce qui correspond à 1690 centimètres cubes, contre  1584 jusqu'à présent. Il n'est pas seulement plus gros, il a reçu quelques subtiles modifications. Le couple est plus majestueux encore et atteint sur ce modèle un maximum de 126 Nm à 3500 tours/minute. D'autres petits détails changent, dont l'échappement. Mais surtout, cette moto issue de la famille Dyna, la plus abordable après celle des Sportsters, offre deux visage. Dyna routière légère (tout est relatif, elle pèse 320 kilos à sec) d'un côté, Dyna moto de touring bien équipée de l'autre, avec un ample pare-brise amovibl et des sacoches en dur à l'arrière, elles aussi amovibles. C'est bien pensé. L'ABS est de série. On pourra obtenir la Switchback en noir ou en rouge (photo), avec encore une version argentée.

22/07/2011

Des moteurs de Grand Prix moto dans le Chablais vaudois

GEO_TECHNOLOGY_879.JPGLe bruit du moteur devient de plus en plus aigu à travers la cloison vitrée, pendant que, sur l’écran de contrôle, les courbes de puissance et de couple n’en finissent pas de monter. Nous sommes chez Geo Technology, à Roche, dans le Chablais vaudois (photos de Vanessa cardoso). Cette entreprise de vingt personnes est reconnue dans le monde du sport mécanique international. Elle fournit depuis l’an dernier les moteurs aux 42 compétiteurs du championnat mondial Moto 2.

 

Lire la suite

20/07/2011

Morini sauvé de la disparition

SM_Moto_Morini_2010_06.jpgLa fameuse marque italienne Moto Morini, basée à Bologne, comme Ducati, est sauvée de la disparition. Elle avait été mise en liquidation l'an dernier faute de ... liquidités. Et plusieurs offres de rachat avaient échoué, dont celle du patron de la Nuova Garelli, Paolo Berlusconi, frère du très connu Silvio Berlusconi. Selon le magazine Motociclismo, une solution a enfin été trouvée. Deux hommes d'affaires italiens ont en effet articulé une offre pour la reprise de l'usine de manière limitée. Sandro Capotosti et Ruggeromassimo Jannuzzelli, tous deux entrepreneurs milanais, ont mis 1,96 million d'Euros sur la table. 10000 de plus qu ele prix de base. Ce rachat ne comprend ni la marque, ni le bâtiment. Sous le nom d'Eagle Bike (l'insigne de Moto Morini est un aigle), ils peuvent relancer la production et disposer des lieux durant deux ans. Ils devraient pouvoir compter sur une trentaine d'employés de l'ancienne entreprise. Il est encore trop tôt pour savoir si un importateur sera retrouvé pour la Suisse. La Granferro, à droite, était le dernier modèle lancé par la marque, présenté au dernier salon de la moto de Milan, en novembre 2010, mais jamais produit en série. Les motos Morini modernes tournaient avec un moteur bicylindrique de 1200 cm cubes - un concurrent potentiel de Ducati, installé lui aussi à Bologne.

00:12 Publié dans news | Tags : moto morini, faillite, rachat | Lien permanent | Commentaires (0)

18/07/2011

Elle roule aux électrons et c'est une vraie moto

MOTO_ZERO_02.jpgC'est l'une des premières motos électriques disponibles en Suisse. La Zero XU est un engin destiné à la ville ou aux courts trajets. Elle débarque tout droit des Etats-Unis, de Californie pour être précis, et on peut l'acheter pour moins de 10000 francs. A ce tarif-là, on a droit à un véhicule de très bonne facture: freins efficaces, fourche inversée solide, bras oscillant raffiné, cadre cosntruit en aluminium léger, guidon classieux et esthétique bien particulière, façon supermotard avec selle superbasse.

Elle est petite, et légère - moins de 100 kilos! Du fait de la selle basse, les conducteurs de taille moyenne ou grande doivent plier les jambes en roulant. Mais c'est largement supportable. Et elle sait ce qu'accélérer veut dire: vitesse de pointe d'environ 90 km/h, couple constant disponible dès les bas régimes. L'avenue d'Ouchy, à Lausanne, ne pose aucun problème, en mode "sport" - plus de couple, grâce à un petit bouton situé devant le guidon.

Bien sûr, elle avance sans le moindre bruit, à part celui dû au frottement de la chaîne sur les pignons de la roue arrière. C'est un peu déstabilisant.

La XU est la moto d'entrée de gamme de Zero. Elle n'offre une autonomie que de 40 km environ. Mais ses batteries sont amovibles. Il suffit d'une clé de mécanicien pour enlever le longeron d'aluminium qui les maintient en place, et on part avec sous le bras. Bon, elles pèsent quand même plus de 20 kilos. Il vaut mieux puiser dans le petit catalogue des accessoires et acheter un chargeur rapide que l'on peut prendre à la maison pour faire le plein d'électrons.

MOTO_ZERO_05.jpg

Les commandes et le tableau de bord sont complets. Ou presque. La transmission par chaîne ne compte qu'un seul rapport. Il n'y a donc ni sélecteur, ni levier d'embrayage. Et la jauge d'essence est remplacée par une jauge de tension électrique. Parfois trompeur. Quand le moteur doit fournir un effort important, les carrés dégringolent, et quand on relâche cet effort, ils remontent. On ne peut pas savoir avec beaucoup d'exactitude combien de kilomètres on peut encore parcourir. Au vu des pentes lausannoises où nous avons effectué l'essai, l'autonomie annoncée de maximum 40 kilomètres est difficile à atteindre. Comptez plutôt sur 30. Le pictogramme qui identifie cette "jauge" représente ironiquement... une pompe à essence!

 

Ce véhicule fait partie du catalogue des magasins M-way. Une société qui dépend du groupe Migros. Il n'y a pas encore de shop en Suisse romande, mais cela devrait venir rapidement à Genève, puis à Lausanne. On peut déjà commander la moto et se la faire livrer. Grâce à un partenariat avec Bosch, le service après-vente est possible à Bussigny, notamment. On peut aussi s'adresser à e-mobile, l'autre importateur, basé à Sursee (canton de Lucerne). Dans quelques jours, sur roueslibres, l'essai de la Zero S, au rayon d'action plus important.

14:18 Publié dans Tests | Tags : zero, moto, électrique, xu, test, suisse | Lien permanent | Commentaires (0)