23/01/2013

Une petite moto pour s'amuser, la Honda MSX 125

MMSX120133RB.jpgElle est la digne héritière des Honda Monkey et Dax, en plus costaud. Du moins sur papier. Dévoilée il y a quelques jours, la Honda MSX (pour Mini Street eXtreme) 125 est mignonne, et elle a l'air taillée pour l'amusement, sans toutefois négliger les aspects pratiques.

Selon les informations dévoilées par Honda, elle pèserait 101,7 kilos (avec les pleins?), offrirait une puissance maximale d'environ 10 chevaux atteints à 7000 tr/min. Le couple n'est pas indiqué, sauf qu'il est censé être présent en abondance sur toute la plage de régime. La fourche avant est inversée, les pneus de 12 pouces sont larges, et les disques de frein ont l'air de ne pas faire semblant. Tout ce qu'il faut pour jouer au c... en pleine rue, comme le montre d'ailleurs la première vidéo promotionnelle lâchée sur le (You)tube. Mh, pas très Honda, tout ça. Ou peut-être si. Parce qu'en même temps elle devrait être économe en carburant, et s'adresser à un public jeune, tout comme les nouvelles CB 500.

MSX125Espana1.jpgOn ne l'a pas encore essayée. Elle sera montrée en première suisse à Swiss-Motos, mi-février à Zurich. Mais on a par contre pu poser les fesses sur un exemplaire dépourvu de batterie, pendant une pause, lors de l'essai de la nouvelle CB 1100 en Espagne. Photo faite par un collègue sympa. Eh bien c'est plutôt confortable. 

 

 

Et même un grand semble y prendre du plaisir, la preuve par  l'image... 

MSX125Espana2.jpgPhoto par mézigue. A noter que chez nous, elle sera disponible uniquement en blanc, comme ici, en noir ou en jaune abeille (on la veut en rouge nous aussi!). Et que le prix n'est pas encore connu.

22:33 Publié dans news | Tags : honda, 125, monkey, msx 125 | Lien permanent | Commentaires (0)

28/09/2012

Encore un scooter avec start and stop, chez Honda

HondaSH125flanduo.jpgC'est l'un des deux roues le splus vendus en Europe, tout spécialement en Italie, un peu moins en Suisse, où il trotte allègrement, tout de même, dans le top 20. Le Honda SH se refait une santé pour cette année, du moins sa version 125 centimètres cubes.

Pour résumer: il adopte l'Idling Stop, soit un système Start and Stop comme sur les voitures. Autrement dit, le moteur s'arrête après quelques secondes d'inactivité, pour repartir sans coup férir dès qu'on tourne la poignée des gaz. Et sans aucune vibration. Et presque sans aucun délai. C'est le même système que celui qui est fourni avec le frère de gamme, le Honda PCX 125. C'est en quelque sorte le deuxième deux roues au monde à bénéficier de cette technologie. Nous avions essayé le PCX, du moins la première version de ce modèle de scooter à prix très abordable, et il faut avouer que l'Idling Stop fonctionnait à la perfection. Il a sans doute encore été perfectionné dans cette nouvelle déclinaison.

Honda explique également que le moteur, comme celui du PCX, a été revu, afin d'être encore plus efficace. C'était déjà l'un des plus économes de sa catégorie, sans être insipide en accélération, du moins jusqu'à 100 km/h.

Et le design du SH a aussi changé avec ce nouveau modèle, notamment au niveau des phares avant. Enfin un gros défaut de ce scooter à roues hautes (16 pouces), sa faible capacité d'emport, semble avoir été corrigée. Le constructeur nous annonce un coffre sous la selle qui peut désormais accueillir un casque intégral! Plus un ABS de nouvelle génération, et tout ça, en Suisse, pour le même prix que le SH 125 2012. Bien joué!

28/08/2011

Le scooter urbain confortable, façon Peugeot

SCOOTER_CITYSTAR_6234.JPGSCOOTER_CITYSTAR_6155.JPGC’est un scooter GT, par son confort et son équipement, mais c’est aussi un petit véhicule urbain très agile. Le Citystar 125, avec ses roues de taille intermédiaire (13 pouces) vient se placer à mi-chemin dans la gamme Peugeot entre le luxueux Satelis et le léger Vivacity.

Il ressemble un peu à un modèle précédent, l’Elystar, mais il propose des prestations un cran au-dessus. Sa tenue de route, en particulier, est bonne, même à vitesse relativement élevée (100 km/h), grâce notamment à des pneus de qualité. Et sans sacrifier à l’agilité quand il s’agit de se faufiler dans le trafic de l’heure de pointe.

 

SCOOTER_CITYSTAR_6174.JPGLe Citystar offre un coffre de selle qui peut emporter un casque intégral et un casque jet (sans mentonnière), plus un vide-poches assez spacieux devant le conducteur et un crochet pour les sacs au tablier. Par rapport à un vrai GT, on est assis plus droit sur la selle. Mais cela ne gênera que les grands gabarits, qui auront peut-être les genoux un peu coincés. La selle n’est pas très basse, mais comme le véhicule est léger (150 kg à vide, 157 en ordre de marche, selon le constructeur) et son centre de gravité placé bas, c’est tout à fait vivable.

Il consomme peu (3,5 litres aux 100 kilomètres annoncés) et ses suspensions sont orientées confort. Pas encore d’ABS pour ce modèle, mais les freins répondent présent sans aucune hésitation et sont faciles à doser.

 

 

SCOOTER_CITYSTAR_6210.JPGQuant au moteur… il est suffisant. Mais pas le plus véloce à faire avancer le scooter au feu vert. Il faut compter un petit temps de réaction et tourner la manette des gaz en grand avant que la force mécanique ne vainque celle de gravité et fasse avancer la bête. En revanche, une fois lancé, l’allonge est bonne (près de 110 km/h en pointe), ce qui autorise de courts trajets autoroutiers ou de longues virées extra-urbaines sur les routes de campagne. Même à deux, c'est possible, avec une certaine dose de patience. Il y a juste un truc un peu bizarre dans l'injection. A faible vitesse - moins de 30 km/h - quand on coupe les gaz d'un coup et qu'on se retrouve en descente, le frein moteur disparaît subitement. Un peu déroutant dans les rues très pentues de Lausanne. Faut choper les freins avant de se faire piéger.

Et son prix? 5105 francs avec les frais de transport. En noir ou argent. Un tarif placé!

16:45 Publié dans Tests | Tags : peugeot, 125, citystar, vivacity, gt | Lien permanent | Commentaires (0)

04/04/2011

Une Vespa avec les vitesses au guidon

FRV_2808.JPGQuand on est puriste, on l'est jusqu'au bout, évidemment. En 2007, les responsables de la marque Vespa, membre du groupe Piaggio, ont cessé de produire la "vieille" Vespa avec moteur deux temps et vitesses au guidon. Mal leur en a pris. Les amateurs nostalgiques se sont tournés vers les copies indiennes. Devant un tel amour pour le rétro, les pontes de Pontedera (siège de Piaggio) ont fait marche arrière. Depuis cette année, la PX est à nouveau au catalogue! Et elle est fidèle à l'original, jusqu'à la roue de secours que l'on peut mettre dans la partie gauche du carénage arrière.

Vespa a invité la presse à tester ce modèle vieux-nouveau (et d'autres) à Rome. Petit clin d'oeil à un film que certains n'ont pas oublié, avec Audrey Hepburn et Gregory Peck. Bon d'accord, cette fois c'était sans Audrey Hepburn, mais avec les petits espressi, les murs du Colisée et le chaos routier propre à la capitale italienne. Sans oublier les pavés complètement cabossés.

Au premier abord, cette "guêpe" a l'air à côté de la plaque en comparaison avec un scooter moderne. Vous me direz que là n'est pas le propos. C'est juste, mais meme ainsi, il faut reconnaître que la PX a de solides arguments pour s'enfiler entre les voitures et flâner en ville. Elle est légère, agile, freine relativement bien et accélère de même, une fois que l'on a intégré le maniement de la manette des vitesses et le frein arrière au pied droite. On le savait, un moteur deux temps peut se révéler bien plus efficace en termes de puissance qu'un quatre temps. On peut juste regretter la perte de quelques chevaux par rapport au modèle original, du fait du travail accompli pour rendre ce véhicule conforme aux lois limitant les émissions polluantes, ou que le frein arrière soit un peu mal placé et que les vibrations rendent illusoire l'emploi des rétroviseurs. Ou que la capacité d'emport soit limitée à quasi rien (pas de coffre sous la selle). Mais là, on chipote.

La PX coûte 4995 francs, pèse 120 kilos à vide (puissance maximale d'un peu plus de 6 chevaux) et sa vitesse de pointe affleure les 90 km/h. Pour plus de détails, voir en Suisse Ofrag.

11:07 Publié dans Tests | Tags : vespa, px, essai, rome, 125, deux temps | Lien permanent | Commentaires (0)

29/03/2011

Le Sym GTS, un scooter 125 bien équipé made in Taiwan

SCOOTER_SYM_497.jpgIl présente bien en noir mat, ses lignes sont agréables à suivre de l'oeil. Et tant son phare avant, avec sa double ligne de LED pour les feux de stationnement, que l'éclairage arrière sont assez réussis. Sym est l'un des deux constructeurs taïwanais présents sur le marché suisse. Désormais, la qualité des modèles proposés est équivalente à celle des constructeurs nippons. Et depuis cette année, l'importateur Motana propose le scooter GT de Sym en Suisse, nanti d'un moteur à injection, en deux cylindrées: 125 ou 300 cc. Le premier est disponible pour 4995 francs sans les frais de transport, tandis que le second vous attend pour 6795 francs (mêmes conditions).

Presque tous les autres scooters GT de 125 centimètres cubes sont plus chers. Entre 500 et 1500 francs. Seul le Peugeot Citystar a un prix inférieur d'un peu plus de 100 francs, sans offrir la même protection aérodynamique. Passé ce premier constat, le contact avec l'engin est d'emblée facile. Il a beau peser 162 kilos à vide, il est extrêmement facile à débéquiller. A manoeuvrer moteur éteint également. Le centre de gravité est placé bien bas, ceci expliquant cela. Dès qu'on s'assied (selle haute de 778 mm) on se sent à l'aise. C'est confortable, y a pas de doute. On est soutenu dans les lombaires, on peut mettre les pieds à plat ou en avant, et le guidon est facile à prendre en mains. Le rayon de braquage est très bon. Normal pour un scooter à petites roues. Et le tableau de bord est complet, sans être pléthorique, et lisible. On se dira juste que les boutons de réglage font un peu cheap et ne sont pas toujours faciles à actionner. Quant aux espaces de rangement, ils sont nombreux. Sous la selle, on peut mettre deux casques jets, ou un gros intégral. Ca n'est pas le sommet du spacieux, mais c'est éclairé et ça s'ouvre par un vérin. Bien pensé.

Il ne reste plus qu'à rouler. La transmission est souple, mais il faut donner des gaz pour la montée. N'espérez rien en dessous de 4000 tours par minute. Le temps de réaction à la poignée de gaz est peut-être un peu lent. La faute uniquement aux galets de transmission, qui ne sont pas conçus pour offrir une prise rapide sous un certain seuil de rotation du moteur. Par contre, une fois lancé, ce scooter a une bonne allonge pour un 125. On peut monter facilement jusqu'à 105 km/h. Mesurés au compteur.

Le duo est bienvenu, sauf sur des pentes très raides, où la machine avouera ses limites. Le moteur étant juste suffisant si le passager est de bonne taille, il faudra une poigne d'acier pour garder le cap et éviter les louvoiements du train avant. Mieux vaut dans ce cas viser le 300 cc!

En résumé, un GT bien équipé, pas cher, et d'aspect valorisant... dans peu de temps, Sym proposera aussi un maxi-scooter 400. A tester dès que possible.

22:02 Publié dans Tests | Tags : sym, scooter, test, gts, 125 | Lien permanent | Commentaires (7)

07/06/2010

Le MP3 hybride, un chameau qui boit peu d'essence dans le désert des scooters

Piaggio5294.jpgC'est le premier scooter hybride au monde. Il roule à la fois au courant électrique, fourni par des batteries rechargeables, et à l'essence sans plomb. Nous avons testé le MP3 Hybrid dans les pentes et les embouteillages lausannois, durant deux semaines. Cett nouveauté Piaggio fait figure de petite révolution dans le monde de la mobilité urbaine. Piaggio a choisi d'implanter cette technologie dans l'un de ses scooters à trois roues (les MP3), et plus particulièrement dans la version 125 centimètres cubes, la plus faiblarde en termes de reprise et d'accélération, en raison notamment du poids considérable du bestiau (près de 250 kilos sans les pleins). L'idée était à la fois de séduire les amateurs d'écologie et d'économies de carburant, et de donner un peu plus de puissance au plus petit de la gamme des trois-roues.

Pour ce qui est de la consommatin d'énergie, c'est assez réussi. Le petit hybride avale à peine trois litres au cent kilomètres en un plein de 12 litres. Et ce, malgré les incessants démarrages en côte des rues lausannoises. Le mode qui dépense le moins d'essence s'appelle "Hybrid Power". Les deux moteurs, à combustion et électriques, se complètent. Le second donne une belle impulsion au démarrage, tandis que le premier prend le desssus dès qu'on dépasse une certaine vitesse (environ 50-60 km/h). Quand on laisse un peu de "mou" en descente, ou quand on freine, de l'électricité est produite par friction et va recharger les batteries qui prennent toute la place sous la selle.

Piaggio5316.jpgSi on veut redonner encore plus de jus dans les batteries, on peut choisir le mode "Hybrid Charge", en roulant: le moteur à essence leur redistribue une partie de son énergie, même en accélérant. Attention: dans ce dernier mode, les fortes montées deviennent un peu poussives. Il faut visser la poignée d'accélération à fond. Et on ne dépasse guère les 60 km/h. par contre, au bout de près de deux heures, on a refait le plein d'électrons!

Il reste le mode tout électrique, en marche avant ou même en marche arrière. On ne roule pas à plus de 30 km/h. Et l'autonomie est très limitée (20-30 km). Il a été conçu pour les villes italiennes, là où existent des zones où seuls les véhicules non polluants peuvent rouler, et où la vitesse est limitée... à 30 km/h. Cela pourrait aussi concerner Paris. Mais pas Lausanne. Ce mode est par contre toujours sympathique dans le parking, ou pour effectuer des manoeuvres. Là aussi, les batteries se rechargent en descente ou en freinant.

Comme tous les MP3, le scooter est très stable en raison de son double train avant. Les glissades imprévues sur les flaques de diesel sont sans conséquence, alors qu'elles auraient mené tout droit dans les décors sur un deux-roues traditionnel. Mais le scooter est tout de même un peu lourd, notamment en mode "Hybrid Charge" à faible vitesse, où la commande d'accélération est lente à la réaction. Il faut bien donner des gaz pour éviter de voir le guidon "tomber" à gauce ou à droite lorsqu'on manoeuvre. Et il faut exercer une certaine force sur le guidon. Rien de grave, mais il faut apprendre à anticiper les réactions du scooter. Ce qui est un peu contradictoire avec le public auquel est destiné le MP3. Dans les petits défauts, on note aussi le peu de capacité du coffre arrière, qui n'accueille qu'un petit casque, et le peu de longueur de la prise électrique permettant de recharger les batteries sur le secteur. Et enfin, il y a le prix: plus de 12000 francs. Un peu plus si on achète un top-case, qui est un accessoire fort utile au vu du peu d'espace du coffre. Il faut avoir une bonne moyenne kilométrique annuelle pour amortir son investissement de départ.

Du côté du Soleil levant, Honda vient de lancer un scooter 125 centimètres cubes bien équipé et pas très cher, le PCX, qui devrait être au moins aussi économe que le MP3 hybride, grâce à l'adoption d'une technologie dite "Stop and Go". Autrement dit, quand on s'arrête au feu, le moteur s'arrête lui aussi, et redémarre dès qu'on avance. Honda livre le chiffre officiel de deux litres aux 100 kils. A vérifier bien sûr, surtout à Lausanne. Mais ce qui est sûr, c'est que le MP3 peut lui être utilisé pendan toute l'année et qu'il apporte un vrai plus en termes de sécurité routière.

Cela dit, on attend avec impatience un hybride de plus grosse cylindrée. Piaggio affirme que cela dépendra du succès de cette première mouture.

Jérôme Ducret

Piaggio5344.jpg

15:48 Publié dans Tests | Tags : piaggio, mp3, hybride, hybrid, 125 | Lien permanent | Commentaires (2)

16/02/2010

Une supermotard pour (petits) débutants chez Kawa

D-Tracker 125 10MY Location Action Black 6.jpgElle s'appelle D-Tracker et tire son nom d'une variante plus puissante disponible au Japon depuis plusieurs années. Le constructeur nippon Kawasaki revient en Suisse sur le marché des 125 centimètres cubes avec une supermotard à prix raisonnable.

Le D-Tracker n'est pas très puissant - il atteint un maximum de 11 chevaux - mais il possède un bon couple immédiatement disponible. Quand vous tournez la poignée des gaz, le moteur tracte bien dès 3000 à 4000 tours par minute. Après, l'allonge n'est pas son fort. L'autoroute n'est à envisager que sur un contournement de ville, et on y arrive à grand peine à 100 km/h.

Cet engin basique possède un moteur basique, refroidi par air, qui consomme très peu d'essence et demande peu d'entretien. La moto ne coûte que 5190 francs (la rivale Suzuki descend jusqu'à 4860 francs). Elle se déplace sur de petites roues (c'est le moins qu'on puisse dire), de 14 pouces. Elle est aussi très légère: 114 kilos avec les pleins! Et c'est l'une des plus basses de sa catégorie, avec une selle "haute" de 806 mm.

Lire la suite

18:05 Publié dans Tests | Tags : kawasaki, d-tracker, 125 | Lien permanent | Commentaires (0)